/finance/stockx

Rebond timide et mitigé à Wall Street après une sévère chute mardi

La Bourse de New York a conclu sur un rebond partiel mercredi, les valeurs technologiques ne parvenant pas à terminer dans le vert, au lendemain de leur pire chute depuis mars.

• À lire aussi: Le dilemme entre acheter ou louer

• À lire aussi: Wall Street termine sur un sévère repli face à une montée des taux

• À lire aussi: Wall Street termine en hausse, soulagée par Evergrande et satisfaite de la Fed

Selon des résultats définitifs, l'indice Dow Jones a avancé de 0,26% à 34 390,72 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, a lâché 0,24% à 14 512,44 points. Le S&P 500 a grappillé 0,16% à 4 359,46 points.

La place new-yorkaise a eu du mal à solidifier sa reprise après avoir été sévèrement lestée mardi par une remontée des taux obligataires.

Cet accès de fièvre des rendements sur les bons du Trésor reflétait les inquiétudes autour d'une prochaine diminution du soutien monétaire de la Banque centrale américaine (Fed) et de la bataille au Congrès sur le plafond de la dette.

Mercredi, les taux des emprunts d'État américains à 10 ans sont restés stables, autour de 1,53%.

Les actions dites de croissance comme les poids lourds des technologies de l'information et des services de communication, qui avaient subi de plein fouet la veille cette flambée des rendements obligataires, ont bénéficié d'un court répit en séance avant de repasser en territoire négatif.

Ainsi, Facebook a terminé en baisse de 0,31% à 339,61 dollars. Alphabet (Google) a plongé de 1,22% à 2 690,42 dollars, tandis qu'Amazon a lâché 0,45% à 3 301,12 dollars.

De nouvelles déclarations sur l'inflation, de la part du patron de la Fed Jerome Powell, lors d'une conférence virtuelle organisée par la Banque centrale européenne (BCE), ont semblé jeter une ombre sur la fin de séance.

Il a reconnu que la persistance des goulets d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement, qui provoque de l'inflation, était «frustrante». M. Powell a aussi admis que la hausse des prix, qui se situe «bien au-dessus de l'objectif» de 2% de la Fed, «continuerait de le rester dans les mois à venir».

Les derniers jours du mois de septembre coïncident aussi avec la fin d'un trimestre, ce qui conduit souvent les investisseurs à solder des positions, entraînant davantage de volatilité sur le marché, soulignait Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Au tableau des actions, la chaîne de magasins de grande distribution à bas prix Dollar Tree a bondi de 16,49% à 100,51 dollars. Le groupe entend racheter pour une somme comprise entre 1 milliard et 2,5 milliards de dollars de ses propres actions. L'enseigne teste aussi la vente d'articles au-dessus du prix de 1 dollar, tarif dont elle avait fait sa spécialité.

Netflix, qui a acheté son premier studio de jeux vidéo avec Night School Studio, a grimpé de 2,61% à 599,06 dollars.

Soutenant l'indice Dow Jones, l'avionneur Boeing a gagné 3,18% à 225,36 dollars après avoir reçu une appréciation d'analyste, mais aussi grâce à des progrès dans le processus vers un retour du 737 Max dans le ciel chinois.

Le lunetier Warby Parker, spécialiste de la vente directe au consommateur, a fait une entrée réussie à Wall Street, par cotation directe. Le titre a terminé sa première séance à 54,49 dollars, 36,23% au-dessus de prix de référence de 40 dollars. Cela valorise la marque à quelque 6 milliards de dollars.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.