/regional/montreal/montreal

Élections municipales: deux candidats à la mairie de Montréal s’unissent

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

À la traine dans les intentions de vote, les candidats à la mairie de Montréal Marc-Antoine Desjardins et Balarama Holness ont décidé de faire front commun pour incarner ensemble la troisième voie en vue des élections municipales du 7 novembre prochain.

«On était dans une position où, chacun de notre côté, allions diviser le vote et donner une chance à nos adversaires principaux. Là, il y a une troisième voie qui est créée, qui rallie les deux solitudes», a expliqué M. Desjardins jeudi.

C’est M. Holness qui sera le candidat à la mairie de Montréal. M. Desjardins présentera pour sa part sa candidature à la mairie d’un arrondissement encore à déterminer. Les deux se sont présentés ensemble devant l'hôtel de ville, jeudi, pour annoncer leur union.

Néanmoins, malgré cette alliance, les deux partis continueront d’exister séparément. Ils remanieront cependant les candidatures de leurs membres afin d’éviter d’être en concurrence dans certains arrondissements.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

  

Mouvement Montréal comptait jeudi 43 candidatures enregistrées auprès d’Élections Montréal. Ralliement pour Montréal en comptait pour sa part 17. Au total, 103 sièges seront disponibles lors des élections à venir.

Les deux chefs avaient également des positions divergentes sur certains sujets, particulièrement en matière de langue. M. Holness avait promis pendant l’été de faire de Montréal une ville bilingue.

«Rien au niveau de la valorisation de la langue française, le point 1 de mon programme, ne va changer. Mon programme va se perpétuer dans notre vision pour la ville», a souligné M. Desjardins, qui explique qu’il s’agissait pour lui d’une condition essentielle à cette alliance.

Le contraste entre les deux chefs en matière de sécurité publique était également marqué avant cette alliance. «Au niveau du définancement de la police, on n’ira pas dans cette zone-là. On est pour la valorisation du [Service de police de la Ville de Montréal], qui va aussi avec une implication au niveau communautaire», a nuancé M. Desjardins.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Dans un récent sondage de la firme Léger réalisé pour le compte du quotidien «Le Devoir», le parti de Denis Coderre, Ensemble Montréal, récoltait 37 % des intentions de vote, tout juste devant Projet Montréal (36 %), la formation de la mairesse sortante, Valérie Plante. Mouvement Montréal et Ralliement pour Montréal étaient crédités respectivement de 8 % et de 5 % des appuis.

En mêlée de presse, le candidat à la mairie Denis Coderre a également réagi à cette annonce.

«Ils devraient peut-être parler davantage entre eux, vu qu’ils ont dit une chose et leur contraire. Ils ont des positions très différentes, on va les laisser travailler là-dessus. Je ne me présente pas contre les autres, je me présente pour Montréal», a-t-il déclaré.

Une alliance peu surprenante

Pour Danielle Pilette, professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et spécialiste en politique municipale, l’alliance entre les deux partis est «peu surprenante»

«Ça montre que les programmes politiques prévalent moins que les personnalités. Les formations sont d’abord fondées sur les personnalités», a-t-elle expliqué jeudi.

Elle ajoute que, selon elle, les différentes formations politiques à l’hôtel de ville ne sont pas si différentes les unes des autres, que c’est surtout l’approche et les modalités qui diffèrent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.