/news/coronavirus

Fin de la prime COVID-19: des ressources pour handicapés craignent de disparaître

Les administrateurs de ressources d'hébergements du milieu communautaire pour personnes handicapées craignent de devoir fermer leurs portes, voyant l’inégalité des salaires de préposés aux bénéficiaires dans le réseau de la santé.

• À lire aussi: Pénurie de personnel dans les RPA: la pointe de l'iceberg

• À lire aussi: 1,5 milliard en trop aux médecins, selon une étude

• À lire aussi: Plus de 150 infirmières intéressées à revenir

La prime de 4 $ l'heure accordée aux préposés aux bénéficiaires deviendra permanente partout dans le réseau, sauf dans les neuf résidences communautaires pour personnes handicapées du Québec.

Sans cette prime, les préposés gagneront entre 15 $ et 17 $ l'heure dans les ressources d’hébergement comparativement à ce qu’il gagnerait ailleurs dans le réseau de la santé, soit entre 21 $ et 26 $.

Selon la présidente des Résidences Entre-Deux de Trois-Rivières, en Mauricie, si les salaires baissent, les préposés aux bénéficiaires quitteront inévitablement le navire. «On est déjà en roulement de personnel régulier», a martelé Julie Durand.

«C'est déjà difficile de faire du recrutement, d'avoir des gens compétents. Comment on peut être attrayant avec un salaire de 15 $ l'heure», a poursuivi la dame.

Même constat pour la directrice générale de la Villa Tournesol de Shawinigan, Sophie Leblanc. «Si on enlève la prime, c'est certain que les gens vont partir pour le réseau public ou les ressources intermédiaires. Et là, la ressource sera en péril. Moi personnellement, je ne serai pas capable de faire jour, soir, nuit et directrice.»

Annie-Kim Charest-Talbot habite une de ces ressources depuis deux ans. Elle a beaucoup gagné en autonomie et ne veut en aucun cas retourner en arrière. «Je n’aime pas y penser, mais c'est sûr que je me ramasse sûrement dans une petite chambre dans un CHSLD», craint-elle.

Les administrateurs ne font pas de cachette: si la prime est retirée, les résidences vont fermer. Pourtant, selon les calculs de Mme Leblanc, même avec le 4 $ de plus, un résident en ressource communautaire coûte beaucoup moins cher à l'état que dans le réseau public.

«Ce même locataire va coûter au réseau de la santé 57 500 $ comparativement à 89 000 $ dans le réseau de la santé. On fait encore une économie de 31 500 $ par individu.»

Si les résidences communautaires ferment, c'est 136 bénéficiaires partout au Québec qui devront prendre le chemin du système public.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.