/news/politics

Vérité et réconciliation: des mots de la reine Elizabeth II

La première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation s’ouvre jeudi avec une pluie d’hommages et de commémorations provenant des quatre coins du pays, et certains, même, d’outre-mer.

• À lire aussi: Une nouvelle journée fériée fédérale sème la confusion

• À lire aussi: «Je n’ai pas été enterrée, mais je suis morte. Ils m’ont tuée, ils ont tué mon âme»

La gouverneure générale Mary Simon, première autochtone à occuper la plus haute fonction symbolique au pays, a relayé un message de la reine Elizabeth II, toujours cheffe d’État du Canada.      

  • Écoutez l'entrevue du Chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, Gislain Picard avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

«Je me joins à toute la population canadienne en cette première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour réfléchir à la douloureuse histoire des peuples autochtones qui ont souffert du régime des pensionnats au Canada, et pour penser au travail qu’il reste à accomplir vers le chemin de la guérison et de la construction d’une société inclusive», a déclaré la reine. 

Mercredi soir, le premier ministre Justin Trudeau a offert un discours empreint d’émotions face à la Tour de la Paix du Parlement d’Ottawa, illuminé en orange pour l’occasion, à la mémoire des enfants autochtones qui ont péri dans le système de pensionnats. 

«La réconciliation, ce n’est pas juste de comprendre et reconnaitre les erreurs du passé, mais c’est aussi comprendre que ces erreurs nous façonnent encore aujourd’hui: le racisme systémique qui a coûté la vie à Joyce Echaquan, la misère, la pauvreté, les défis épouvantables qu’ont à surmonter les communautés autochtones partout au pays», avait lancé Justin Trudeau. 

Mary Simon elle-même a émis une déclaration, mercredi, dans laquelle elle revient brièvement sur ses origines et son parcours, qui l’a menée à militer dès les années 1970 pour les droits des autochtones. 

«Étant la fille d’un homme blanc et d’une femme inuite, je n’ai pas été envoyée au pensionnat. Je suis restée dans ma communauté, où j’ai fait l’école à la maison. Je rendais visite aux familles, où l’on ressentait un grand vide. J’étais devenue une sorte de baume apaisant, et je recevais l’affection que les mères et les pères auraient souhaité donner à leurs enfants, dont l’absence était source de tant de douleur», a-t-elle écrit. 

Mme Simon décrit la réconciliation comme «un mode de vie, un processus continu, qui nécessite un dévouement de tous les instants». 

Une autre cérémonie est attendue jeudi soir sur le site du Parlement à Ottawa. 

La mémoire à l’honneur au Canada     

D’un bout à l’autre du pays, les assemblées législatives ont souligné cette première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, chacun à leur manière. 

À Québec, François Legault a qualifié de «terrible», «ce qui est arrivé entre autres dans les pensionnats». «On doit s’en souvenir chaque année et c’est bon qu’on ait une journée de commémoration, et qu’on agisse, aussi, pour être certain qu’il n’y ait plus de discrimination», a déclaré le premier ministre, qui portait un écusson orange sur son veston. 

M. Legault a cependant dû s’expliquer sur son refus d’établir le 30 septembre comme un nouveau jour férié payé, contrairement à plusieurs autres provinces. Il a justifié sa décision sur la base de la «productivité». 

- Avec Marc-André Gagnon

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.