/news/politics

Journée de la vérité et de la réconciliation: Guilbault fustige Legault et défend Trudeau

Le ministre fédéral du Patrimoine canadien, Steven Guilbault, a botté en touche en tentant de justifier l’absence du premier ministre Justin Trudeau lors du Journée de la vérité et de la réconciliation.

• À lire aussi: Le racisme a contribué à la mort de Joyce Echaquan

• À lire aussi: Vérité et réconciliation: des mots de la reine Elizabeth II

«Le premier ministre a parlé avec des victimes des pensionnats autochtones lors de la cérémonie sur la Colline parlementaire. Il a parlé [jeudi] avec d’autres victimes alors qu’il était en déplacement», a répondu Steven Guilbault au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio, vendredi.

Relancé par l’animateur sur cette absence remarquable qui serait «inacceptable» pour le Journée de la vérité et de la réconciliation, M. Guilbault a d’abord tâtonné en cherchant ses mots.

«Il n’était pas là physiquement, c’est vrai; mais il a pris beaucoup de temps durant la journée pour parler avec des victimes» des pensionnats, a tenté d’argumenter le ministre du Patrimoine canadien.

En revanche, M. Guilbault ne s’est pas gêné pour descendre en flammes le premier ministre François Legault pour avoir estimé, la veille, trop «couteux» si Québec ajoutait à la liste des jours fériés la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

«Il aurait pu attendre aujourd’hui pour parler de productivité», a lancé Guilbault.

«M. Legault a complètement manqué son coup», a-t-il ajouté.   

  • Écoutez le ministre fédéral du Patrimoine canadien, Steven Guilbault, sur QUB radio:    

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.