/news/currentevents

Une camionnette est passée au peigne fin

Cette camionnette localisée vendredi est passée au peigne fin par les policiers.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Cette camionnette localisée vendredi est passée au peigne fin par les policiers.

Des enquêteurs ont passé à la loupe une camionnette samedi dans l’espoir de coincer le conducteur responsable d’un délit de fuite mortel à Saint-Lin-Laurentides, dans Lanaudière, survenu plus tôt cette semaine.

• À lire aussi: Délit de fuite mortel: le propriétaire du véhicule saisi identifié

• À lire aussi: Délit de fuite mortel: un véhicule remorqué fait l'objet de vérifications

• À lire aussi: Saint-Lin–Laurentides: des vérifications en cours pour la collision qui a coûté la vie à un adolescent

« On cherche entre autres de l’ADN [de la victime] sur le véhicule et on vérifie s’il y a des pièces modifiées ou manquantes », explique Marythé Bolduc, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).  

Ces expertises sont effectuées sur une Chevrolet Silverado trouvée dans un stationnement non loin de l’accident qui a coûté la vie au jeune Émile Martineau, 16 ans, mercredi dernier. 

L’adolescent était allé porter un CV et avait visité un ami en soirée quand, sur le chemin du retour, il a été fauché, puis laissé pour mort en bordure de la route 335. 

Des témoins ont tenté de le secourir, en vain. 

Au lendemain du drame, plus de 200 personnes ont assisté à une vigie en l’honneur d’Émile, apprécié par ses pairs pour son énergie et son sens de l’humour. 

Chasse à l’homme 

Le chauffard à l’origine de la collision est depuis l’accident activement recherché par les autorités. 

La SQ ne peut confirmer si la camionnette saisie vendredi soir a réellement été impliquée dans la collision mortelle, mais elle correspond à la description du véhicule recherché.

Lors d’un délit de fuite, les enquêteurs portent une attention particulière à la carrosserie pour s’assurer qu’aucune pièce n’a été modifiée pour maquiller le crime, poursuit Mme Bolduc. 

Le propriétaire du pick-up a été identifié par les autorités, mais n’avait pas été arrêté samedi soir.

Avant de porter des accusations, « encore faut-il que les policiers prouvent que c’était lui qui était au volant », précise Marythé Bolduc. 

Les proches dudit propriétaire ont pris sa défense sur les réseaux sociaux, samedi, alléguant qu’il était avec sa fille de deux mois au moment du drame. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.