/finance/homepage

Pandora Papers : le Canada a «légalisé» l’évasion fiscale

Après les Panama Papers et les Paradise Papers, c’est au tour des Pandora Papers de faire la manchette. L’enquête d’un consortium international de journalistes éclabousse plusieurs personnalités publiques pour leurs pratiques d’évasion fiscale.

• À lire aussi: Pandora Papers : Shakira, Claudia Schiffer et plusieurs chefs de gouvernement mis en cause pour évasion fiscale

L’ex-premier ministre britannique Tony Blair et la chanteuse Shakia ne sont que quelques-uns des noms qui sont cités dans cette enquête qui s’appuie sur près de 12 millions de documents.

Et s’il s’agit de nouveaux noms, les tactiques, elles, sont les mêmes qui ont cours depuis plusieurs décennies, note l’expert en paradis fiscaux et professeur à l’Université de Moncton, Alain Deneault.

«Les paradis fiscaux servent toujours à dissimuler des actifs auprès du fisc et à mener des opérations de manière tout à fait opaque», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

Écoutez la chronique de Félix Séguin sur QUB radio :  

Ce qui est particulièrement frappant avec les Pandora Papers, note le professeur Alain Deneault, c’est la dimension industrielle de l’évasion fiscale.

«Aujourd’hui, les actifs des puissants, des multimillionnaires et aussi des grandes entreprises se trouvent gérés dans les paradis fiscaux d’une manière banale, d’une manière complètement intégrée. Le capitaliste aujourd’hui, se retrouve administré dans les paradis fiscaux» indique M. Deneault.

La pression populaire monte sans cesse pour réclamer aux dirigeants des actions concrètes qui se font toujours attendre.

«S’ils ne le font pas, manifestement, c’est qu’ils ont intérêt à défendre l’oligarchie dont ils font partie ou pour laquelle ils travaillent», clame Alain Deneault.

Écoutez l’entrevue de la fiscaliste Brigitte Alepin au micro de Geneviève Pettersen à QUB radio 

L’évasion fiscale «légalisée» par le Canada  

Et le gouvernement canadien ne peut se targuer de faire mieux que les autres pays, affirme l’expert en paradis fiscaux. Alain Deneault note qu’au fil des années, ni les Libéraux, ni les Conservateurs n’ont véritablement agi pour contrer l’évasion fiscale.

«Les deux, depuis 1980 et d’une manière identique, soutiennent les paradis fiscaux»

Que ce soit par un accord que le Canada a signé avec la Barbade ou des modifications à la réglementation fiscale canadienne qui favorise des transferts de fonds dans plusieurs paradis fiscaux, le Canada semble tout faire pour faciliter la tâche aux personnes et entreprises souhaitant se soustraire au fisc, observe Alain Deneault.

«Notre système fiscal au Canada fonctionne un peu comme un poste de péage sur une autoroute qui comprendrait une voie de contournement pour les voitures de luxe», illustre-t-il

«On a légalisé ici au Canada ce qui, en réalité, devrait être pénalisé» ajoute le professeur Deneault.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.