/finance/homepage

Le prix du baril de pétrole à son plus haut depuis 2014

Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés ont choisi lundi de reconduire leur stratégie d'augmentation modeste de la production, ignorant les appels à ouvrir davantage les vannes et propulsant les prix vers le haut.

«Compte tenu des fondamentaux actuels du marché pétrolier (...), l'OPEP+ a confirmé l'ajustement à la hausse de la production globale mensuelle de 400 000 barils par jour pour le mois de novembre», a annoncé le cartel dans un communiqué publié à l'issue d'un sommet éclair tenu par visioconférence.

Les vingt-trois membres de l'alliance, qui laissent encore quotidiennement près de 5 millions de barils de brut sous terre, ne semblent donc pas pressés de les remettre sur le marché malgré la surchauffe des prix.

Forte réaction des marchés 

Les marchés, qui espéraient une accélération de la cadence, ont fortement réagi à cette décision: les deux références du brut de part et d'autre de l'Atlantique, le WTI américain et le Brent de mer du Nord, ont temporairement gagné plus de 3%.

En touchant respectivement 78,38 dollars et 82,00 dollars, ils retrouvaient des sommets plus vus depuis respectivement novembre 2014 et novembre 2018.

De nombreux acteurs et observateurs tablaient sur une ouverture plus forte du robinet d'or noir tant la hausse des cours, qui a été importante ces dernières semaines, peut désormais représenter une menace pour l'inflation et la reprise d'économies encore fragilisées par la pandémie de COVID-19.

Mais ce risque a été mis de côté, en tout cas pour l'instant.

Les membres de l'alliance de producteurs ont convenu de se retrouver le 4 novembre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.