/news/techno

Facebook crée-t-il des problèmes d’estime de soi?

À l’heure où les réseaux sociaux prennent une place toujours plus importante dans nos vies, ils peuvent parfois affecter la santé mentale des utilisateurs.

• À lire aussi: DIRECT | La lanceuse d'alerte promet à Facebook une nouvelle journée difficile, après la panne

• À lire aussi: Poussés par une lançeuse d'alerte, les parlementaires américains promettent de mieux réguler Facebook

• À lire aussi: Vivre avec un proche qui souffre d'un problème de santé mentale

Les images renvoyées sur les plateformes sociales les plus importantes peuvent avoir des impacts sur l’alimentation notamment.

«Les réseaux sociaux facilitent des échanges d’informations ou de connaissances face à des restrictions alimentaires. C’est parfois l’accès à des données, ou l’échange de photos de minceur qui peuvent jouer des effets pervers», a expliqué le Dr. Olivier Jamoulle, pédiatre en médecine adolescente au CHU Sainte-Justine, en ondes sur LCN.

Plusieurs comptes

Lors de l’évaluation de jeunes qui se présentent au CHU Sainte-Justine pour un suivi, plusieurs questions sont adressées, notamment pour savoir si le patient possède des comptes anonymes sur les réseaux sociaux.

«On lui demande s’il y a de l’intimidation en ligne, s’il a plusieurs comptes, etc. Parce qu’il y a souvent le compte officiel que tout le monde connait, puis il y a le compte caché parfois avec des noms qui ne sont pas reconnaissables», a précisé le pédiatre.

Prévention

Pour le docteur Jamoulle, la prévention et l’éducation peuvent être des méthodes efficaces pour lutter contre les conséquences néfastes des réseaux sur la santé mentale.

«Je pense que de plus en plus, on est alerte de l’utilisation abusive des réseaux sociaux. Je dirais aux parents de s’intéresser à ce que font leurs jeunes, est-ce qu’ils ont des comptes, est-ce qu’ils en ont plusieurs, parfois on peut voir qui est en ligne, ou les amis avec qui ils clavardent. Peut-être éduquer sur les pièges qu’il peut y avoir sur les prédateurs, et je pense que ça passe par la prévention et l’éducation à l’usage des réseaux, et il faut mettre en place des programmes clairs», a-t-il poursuivi.

Algorithme

Les réseaux sociaux comme Facebook sont critiqués pour leurs algorithmes, qui permettent de dégager de plus grands profits, mais qui génèrent des recommandations de contenus qui se rapprochent des recherches précédentes. 

«Les études montrent que les réseaux sociaux ont des impacts sur plusieurs enjeux. À La fois sur la santé mentale, sur l’anxiété, à cause de questions comme «est-ce que je suis correct?», «est-ce que j’ai assez d’amis Facebook?». Il y a une certaine pression du fait de savoir si l’on est bien aimé, de l’estime de soi», a éclairé le Dr. Jamoulle.

«On prescrit aussi de vraies déprogrammations d’algorithme. Au lieu d’aller chercher des recettes sur internet, de faire des photos de tes repas, d’aller chercher des régimes minceur, etc. On va recommander d’aller faire des recherches sur d’autres sujets pour déprogrammer l’algorithme qui va tout le temps envoyer des sites qui suggèrent de manger moins», a-t-il conclu.

Retrouvez l’intégralité de l’entrevue dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.