/finance/consumer

Petite mise de fonds pour plus grande liberté

Business hand put gold coin to house for home payment,

Photo Adobe Stock

La pandémie a modifié le portrait économique de bien des familles.

Malgré un contexte incertain, bon nombre d’entre elles ont réussi à économiser davantage (avec un taux d’épargne de 28,2 % pour 2020). 

C’est le cas de Marie-Josée et de son conjoint, Luc. 

Nouvellement propriétaires d’une maison unifamiliale, ils ont choisi de mettre la mise de fonds minimale de 5 % alors que leur situation financière leur permettait d’investir une plus grande somme. 

Ont-ils pris la bonne décision ?

Priorité : diversifier ses placements !

Selon une notaire œuvrant dans le marché du grand Montréal, l’épargne excédentaire des familles québécoises, accumulée depuis le début de la pandémie, a fait bondir le nombre de transactions immobilières sans toutefois avoir le même impact sur les mises de fonds. En voyant leur capital augmenter, les familles sont devenues admissibles à des prêts hypothécaires plus importants. Elles ont préféré contracter une hypothèque plus élevée sans toutefois augmenter le montant de la mise de fonds. Pourquoi ? Pour diversifier leurs placements. 

Comme Marie-Josée et Luc, elles choisissent de mettre 5 % de mise de fonds sur leur maison tout en se gardant une somme supplémentaire soit pour acquérir un chalet, pour investir dans les régimes d’épargne-études des enfants ou à la Bourse.  

Hausse des prêts assurés

Devant un contexte économique fragilisé par la pandémie, il n’est pas étonnant de voir des acheteurs de plus en plus prudents face à leurs épargnes. Réussir à amasser 5 % de la valeur d’un bien immobilier, même en étant à l’aise financièrement, ça demeure un défi. En devenant propriétaire d’une maison de 400 000 $, notre couple d’acheteurs a tout de même versé un montant de 20 000 $ pour la mise de fonds. 

Le choix de Marie-Josée et de Luc s’inscrit dans une tendance qu’on observe actuellement, celle d’une hausse marquée des prêts assurés (5 %) face aux prêts conventionnels (20 %).  

La prudence est de mise

L’achat d’une maison implique des dépenses qui vont au-delà des versements hypothécaires. De là l’importance d’avoir les fonds nécessaires pour être capable, le moment venu, d’absorber les imprévus. 

Marie-Josée et Luc ont donc fait preuve de vigilance en choisissant de ne pas augmenter leur mise de fonds. Ils pourront ainsi préserver leur autonomie financière.

CONSEILS  

-N’attendez pas d’avoir 20 % de mise de fonds pour acheter votre maison. Si vous les avez, tant mieux, sinon, cela sera probablement plus avantageux sur le long terme de verser le minimum.   

-Il est préférable de ne pas acheter au maximum de votre capacité financière. Si vous choisissez le prêt maximal accordé par la banque, assurez-vous de bien connaître vos dépenses et le budget dont vous aurez besoin pour y faire face.  


Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.