/news/municipales2021

Front commun des candidats de Laval et de Longueuil sur le logement

Deux aspirants maires de Laval et de Longueuil, Stéphane Boyer et Catherine Fournier, ont fait front commun mercredi pour réclamer des mesures afin de lutter contre la crise du logement. 

• À lire aussi: Vandalisme sur des pancartes électorales: Catherine Fournier a porté plainte à quatre reprises

• À lire aussi: Catherine Fournier consolide son avance à Longueuil, selon un sondage

• À lire aussi: Des dizaines de pancartes électorales municipales volées à Saint-Jérôme

Loin d’être un phénomène concentré uniquement à Montréal, la surchauffe immobilière qui entraîne une envolée des prix des loyers et des résidences affecte aussi les deux principales villes de banlieue, ont rappelé les deux candidats à la mairie dans un point de presse conjoint.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

«Nous ne devons pas attendre de devenir les prochains Vancouver ou Toronto. C’est maintenant que nous devons agir», a clamé la candidate à la mairie de Longueuil Catherine Fournier.

Concrètement, M. Boyer et Mme Fournier se sont engagés, s’ils sont élus, à tenir un sommet panquébécois sur l’habitation, pour discuter de nombreux enjeux problématiques, incluant la rareté des terrains, le manque de main-d’œuvre dans la construction, les investisseurs étrangers, ou encore, les règlements municipaux et la fiscalité.

Joël Lemay / Agence QMI

«Pour trouver des solutions pérennes à la crise du logement et à la surchauffe immobilière, il nous faut une approche concertée à la grandeur du Québec pour trouver des mesures innovantes afin de répondre à ces problèmes qui sont très complexes et qui touchent l’ensemble des paliers de gouvernement», a justifié par communiqué le candidat à la mairie de Laval Stéphane Boyer.

Tous deux veulent amener leurs collègues à examiner diverses pistes de solution, incluant la construction de logements municipaux, le rachat et la conversion de bâtiments existants et l’instauration de programmes d’accession à la propriété.

Joël Lemay / Agence QMI

«Les citoyennes et les citoyens inquiets sont de plus en plus nombreux. [...] La volonté d’agir sur la question de l’habitation est déjà présente à plusieurs niveaux, au sein des gouvernements, de la société civile et du secteur privé. Ce dont on a besoin, c’est d’une impulsion politique qui permettra de réunir tout le monde autour d’une table», a conclu Mme Fournier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.