/news/coronavirus

Va t’essayer à faire le bouffon dans une dictature!

L’anti-masque François Amalega Bitondo, qui a participé à des manifestations contre les mesures sanitaires devant les écoles et qui se retrouve devant la justice pour un événement survenu dans une épicerie en mars, est en train de faire la preuve qu’il a tort dans ses prises de position, soutient Mario Dumont.

• À lire aussi: Procès pour entrave: l’anti-masque accusé veut être payé

• À lire aussi: Un anti-vaccin est rendu à 35 500 $ de contraventions

Notre chroniqueur politique avance aussi que l’homme de 43 ans, qui a déjà été professeur de mathématiques, semble avoir tout son temps. 

«Il a l’air d’avoir bien du temps libre, c’est curieux. Je ne sais pas où il travaille. Je serais curieux de voir ce qu’il va payer comme impôt cette année et ce qu’il va avoir coûté à la société. C’est épouvantable», formule Mario Dumont. 

«Il a passé deux journées au tribunal à rire du monde, du juge, du système judiciaire, des procureurs. [...] On paye pour ça! Mais d’un autre côté, il fait la preuve qu’il a tort dans tout ça», ajoute-t-il.

Écoutez La Rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:

Amalega Bitondo a même dit en cour hier que de porter le masque, c'est être «soumis à la torture, que c’est comme si on le forçait à manger ses excréments». Mario Dumont n’en revient pas. 

«Il fait des pitreries, demande d’être payé pour porter le masque, parle d’autres sujets. Deux jours complets à lui répéter ses droits, qu’il a droit à une défense juste et équitable. Lui, dont la prétention est que l’on vit dans une dictature. Va t’essayer dans une dictature à rire du juge et du tribunal en pleine face, à faire le bouffon en cour, tu vas être au cachot en 10 minutes», tranche notre commentateur politique. 

*** Voyez l’intégrale de la chronique de Mario Dumont dans la vidéo ci-haut

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.