/news/coronavirus

Pénurie d'infirmières: «Les renforts s’en viennent», assure Dubé

«Les renforts s’en viennent», assure le ministre de la Santé, Christian Dubé, même si sur les 4300 infirmières recherchées, moins du quart des postes ont été comblés en date d’aujourd’hui.  

• À lire aussi: 9 raisons pour lesquelles certains refusent le vaccin

• À lire aussi: Québec refuse de reporter la vaccination obligatoire dans le réseau de santé

• À lire aussi: Les fonctionnaires fédéraux devront être vaccinés avant le 29 octobre

« Ce matin, je suis excessivement encouragé », a déclaré en point de presse le ministre Dubé.  

Depuis que le gouvernement a annoncé des bonis de 12 000 $ pour ramener des infirmières dans réseau public, il y a deux semaines, 1007 postes à temps complet ont été comblés.  

Du lot, le ministre Dubé compte 720 postes à temps partiel qui ont été rehaussés à temps plein.  

Dans les faits, le réseau de santé a procédé à 321 nouvelles embauches, souvent d’infirmières qui travaillaient dans le secteur privé. Les CISSS et les CIUSSS ont aussi réussi à sortir 56 infirmières de la retraite.  

À cela s’ajoute 1900 autres candidats ou candidates qui sont actuellement en négociation pour venir prêter main-forte.  

« Ça augmente à toutes les heures », s’est réjoui le ministre de la Santé. 

Moins de temps supplémentaire   

M. Dubé demeure confiant d’atteindre la cible, même si près des trois quarts des postes ont été comblés par des rehaussements, c’est-à-dire en offrant des postes à temps complet à des infirmières à temps partiel qui effectuaient déjà du temps supplémentaire. 

« Elles veulent des postes à temps plein pour arrêter de faire du temps supplémentaire », s'est défendu le ministre.

Il estime que les 720 postes déjà convertis permettront d’enlever de « la pression sur le temps supplémentaire obligatoire », qui a poussé plusieurs infirmières à abandonner le navire. 

« Quand on vous a dit il y a deux semaines qu'on cherchait 4 000 infirmières, ça incluait le rehaussement », a expliqué M. Dubé. 

Vaccination obligatoire   

Le ministre de la Santé a par ailleurs qualifié « d’irresponsable », la sortie effectuée hier par les syndicats et le Parti québécois, pour demander le report de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé au-delà du 15 octobre. 

« On va garder le cap sur la vaccination obligatoire. [...] Je rappelle que c'est une recommandation formelle de la Santé publique. [...] On va être fermes sur le 15 octobre », a signalé M. Dubé. 

Écoutez La Rencontre Lisée – Mulcair avec Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Il s’est engagé à dévoiler, d’ici là, un plan de contingence pour faire face à d’éventuels bris de services, que le gouvernement préfère aborder sous forme de réorganisations planifiées. Les partis d'opposition reprochent au gouvernement de trop tarder à dévoiler son plan.

Dans l'attente, un tableau de bord permettant aux patients d'avoir un aperçu de la situation dans différents établissements a notamment été mis en ligne sur Internet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.