/news/culture

Le Centre Bell rempli

Quelle meilleure façon de rouvrir les portes du Centre Bell qu’en le faisant vibrer aux torrides chansons de Ricky Martin et Enrique Iglesias, conçues pour les rapprochements ?

• À lire aussi: Un respect des règles difficile au Centre Bell

• À lire aussi: Salle comble au Centre Bell, une première en 19 mois

Alors que les lumières se sont finalement éteintes, après une attente de 40 minutes, l’amphithéâtre brillait de mille feux, ou plutôt de mille écrans de téléphone. Tous voulaient capter la première chanson jouée devant une salle comble au Québec depuis 19 mois.

Entouré de danseurs, vêtu d’une cape noire, Ricky Martin a chanté à tue-tête son classique Livin’ la Vida Loca. Un moment d’anthologie. 

Le chanteur portoricain a plus tard livré un discours empreint d’optimisme, invitant la foule en liesse à se « concentrer sur la beauté qui est à venir ». 

Même si on ne pouvait pas apprécier les talents de chant des spectateurs, dont la bouche devait être recouverte d’un masque, on ne pouvait douter de leur passion et de leur familiarité avec la discographie de Ricky Martin, de son vrai nom Enrique Martín Morales. 

Percussionnistes et danseurs  

Partageant la scène avec un groupe de percussionnistes spectaculaires, des danseurs au look excentrique et des musiciens endiablés, il n’a pas œuvré dans la demi-mesure.

Les spectateurs se trouvant au parterre, divisés par les places assises, ne pouvaient pas se déhancher aisément et insuffler autant d’énergie au reste de la salle qu’à l’habitude. Dans les hauteurs de l’amphithéâtre, certains dansaient comme s’ils se trouvaient sur scène - on a même repéré une dame armée de maracas - alors que d’autres se contentaient de taper du pied et de hocher la tête.

Avant de pouvoir se laisser séduire par les voix suaves de deux des plus grandes stars de la pop latine, les spectateurs ont dû brandir leur code QR à l’extérieur de l’amphithéâtre, une tâche plus ardue qu’elle n’aurait dû l’être.

On donne toutefois le bénéfice du doute au Centre Bell, qui n’a pas accueilli de spectacles à guichets fermés depuis celui de The Lumineers, le 6 mars 2020.

Nul besoin de répéter que l’ambiance, samedi soir, était aux antipodes d’un concert de folk avec près de 15 000 personnes dans l’aréna.

Peu de sièges vides  

Même après l’heure prévue du début du concert, une longue file de retardataires optimistes obstruait l’avenue des Canadiens-de-Montréal. Alors que plusieurs billets étaient disponibles à quelques heures du spectacle, on peinait à repérer les sièges vides au terme de la performance de Ricky Martin. 

Après environ une heure et quart sans répit, Ricky Martin a tiré sa révérence. Un (très) long entracte a suivi, permettant aux techniciens de scène de faire leur travail et aux spectateurs d’investir leur REER dans un cocktail ou un sac de popcorn.

Le chanteur madrilène a entamé son heure sous les projecteurs avec le tube I’m A Freak, collaboration avec Pitbull. Celui qui jongle toujours entre l’espagnol et l’anglais a enchaîné ses plus grands succès, provenant principalement de ses opus Euphoria, Escape et Enrique Iglesias.

La veille, Ricky Martin et Enrique Iglesias avaient enflammé le domicile des Maple Leafs de Toronto, le Scotiabank Arena. Ils se dirigeront maintenant vers Philadelphie pour le premier arrêt de la portion américaine de leur tournée mondiale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.