/finance/homepage

Caroline Néron se relance en affaires: «je pense que ça m’a remis les deux pieds sur terre»

Deux ans après que son rêve se soit effondré, la femme d’affaires Caroline Néron reprend du service avec une nouvelle entreprise de bijoux. 

Elle raconte, dans une entrevue à TVA Nouvelles, le cheminement qu’elle a effectué depuis la faillite de son entreprise.

• À lire aussi: «Je suis beaucoup plus autonome qu’avant» - Caroline Néron

«Ça a été très lourd en fait. J’étais dans la période la plus creuse, je crois, que j’ai vécu jusqu’à maintenant», affirme-t-elle. 

Selon Caroline Néron, plusieurs erreurs qu’elle et d’autres autour d’elle ont faites ont causé la chute de son entreprise. 

«Ma plus grave erreur, c’est vraiment d’avoir délégué, mais de façon aveugle. J’ai complètement délégué, mais de façon paresseuse», admet la femme d’affaires. 

Son intérêt marqué pour la création ou le développement des affaires au détriment des autres pans de l’entreprenariat a été un des facteurs déterminants dans l’échec des son entreprise. 

«J’ai perdu le contrôle sur les dépenses. Et je me l’étais fait dire avant, mais j’ai appris sur le tas. J’ai lancé mon entreprise en trois semaines et je pense que je me suis laissé envouter par tout ce succès-là qui n’arrêtait pas», croit-elle. 

Après le recul, elle est cependant d’avis que cette épreuve a été bénéfique pour elle. 

«Je pense que ça m’a remis les deux pieds sur terre. Je n’étais pas quelqu’un qui se prenait pour un autre. Quelque part, sincèrement, je dépensais trop mon argent, mais partout. À tous les niveaux.», confie la femme d’affaires. 

Un grand ménage    

La faillite de l’entreprise de Caroline Néron lui a permis de «faire du ménage», tant dans sa vie professionnelle que personnelle. 

«Le ménage se fait quand même assez naturel parce que quand tu tombes, il y a ben du monde qui décolle», lance-t-elle. 

«C’est triste à dire, mais, c’est même lourd à porter, parce que tu te dis: "voyons mes amitiés, les gens avec qui je faisais affaire, tous ces liens-là que j’avais qui étaient tellement forts". Les banques, tout ça, du jour au lendemain ont fui, mais d’une façon très vulgaire, très difficile», ajoute-t-elle. 

Elle est cependant reconnaissante envers ceux qui sont restés auprès d’elle dans les moments les plus difficiles. 

«La beauté de la chose, c’est qu’il reste justement beaucoup de beauté là-dedans parce que tu réalises ceux qui restent jusqu’à la fin, ceux qui vont se battre dans la crainte de ne pas savoir c’est quoi leur lendemain», dit Caroline Néron.

Nouveau départ    

Aujourd’hui, c’est avec une nouvelle partenaire d’affaires que Caroline Néron remonte en selle. 

«Je revois ça complètement d’une autre façon. J’ai encore des grandes ambitions. Est-ce qu’elles sont aussi grandes, non», admet-elle. 

La femme d’affaires souhaite, cette fois-ci, une meilleure qualité de vie. 

«Et quand je parle de qualité de vie, je ne parle pas nécessairement d’argent, mais je veux du temps, je veux quelque chose de zen», mentionne-t-elle.

Caroline Néron veut évoluer avec une petite équipe de «10 ou 12 maximum». 

«Pour l’instant, on évolue tranquillement, mais avec plein d’idées, plein de réalisations et avec, surtout, un grand bagage», affirme-t-elle. 

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.