/news/coronavirus

Report de la vaccination obligatoire en santé: les travailleurs soulagés

La volteface du ministre de la Santé, Christian Dubé, concernant la vaccination obligatoire du personnel de la santé a été accueilli avec soulagement par les travailleurs et les syndicats qui les représentent.

• À lire aussi: Préposée non vaccinée : «Ça n’altère en rien mon professionnalisme»

• À lire aussi: Appel à un front commun des syndicats pour la vaccination obligatoire

• À lire aussi: Report de 30 jours de la vaccination obligatoire

«C’est sûr que c’est un soulagement parce que présentement ça ne va vraiment pas bien. Déjà qu’il y a une pénurie de professionnels en soins, c’est sûr que ça nous donne un petit lousse encore pour essayer que le plus de monde soit vacciné», a soulignée une travailleuse du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec à TVA Nouvelles.

Une autre employée du réseau a signifié que les bris de services auraient été inévitables vendredi.

Mercredi matin, avant l’annonce du ministre Dubé, 1020 employés du CIUSSS-MCQ s’apprêtaient à quitter le réseau de la santé, vendredi. Parmi eux, 356 ont cependant déjà reçu au moins une dose du vaccin contre la COVID-19.

Le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux affiliée à la CSN, Pascal Bastarache, a aussi poussé un soupir de soulagement quelque temps après l’annonce du ministre de la Santé.

«Assurément qu’on vient d’en éviter un énorme problème. À plusieurs endroits, on ne savait même pas comment on allait faire parce qu’il manquait de personnel», a-t-il indiqué.

Le porte-parole des résidences privées pour aînés de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Richard Maziade, a de son côté affirmé que le réseau avait évité le pire cette semaine.

«Actuellement, le taux de vaccination est à 95% [dans les RPA], mais le 5 %, on ne peut pas le perdre parce que nous, ce sont des services 24/7», a soutenu M. Maziade, qui est aussi directeur de la résidence Le Jardin à Trois-Rivières.

Les employés de nuit en RPA sont très difficiles à remplacer, a expliqué M. Maziade. C’est la perte de ces travailleurs qui pourrait engendrer des bris de services, dans un système déjà très fragile, a-t-il fait savoir.

M. Maziade s’est également demandé si le problème n’était pas remis à plus tard et si le gouvernement prévoyait un plan de contingence en vue du départ inévitable de milliers d’employés à travers le Québec.

«Je pense qu’il faut s’asseoir ensemble et en profiter pour faire un plan de contingence et de mieux utiliser les services», a répondu le porte-parole.

En plus d’être suspendus sans solde après la nouvelle date butoir, les travailleurs qui ne sont pas adéquatement protégés devront dès maintenant dire adieu aux primes COVID-19 et au bonus de 15 000$.

«Ce genre d’invitation, ou de tape sur les doigts, je n’y crois pas vraiment. Je pense que la communication, c’est la clé entre les intervenants, la population et le gouvernement», a indiqué Pascal Bastarache.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.