/finance/homepage

Déconfinement des bars: les boîtes de nuit laissées pour compte

Alcool rhum consommation

Photo d'archives

L’annonce de la réouverture des bars et restaurants à pleine capacité a eu l’effet d’une douche froide pour l’industrie de boîtes de nuit québécoise, puisqu’il demeurera toujours interdit malgré tout de chanter ou de danser dans ces établissements.

• À lire aussi: Bars et restos du Québec à pleine capacité dès novembre

«Nous pensions que la mise en place d’un passeport vaccinal allait permettre la reprise des activités de danse comme c’est le cas partout ailleurs dans le monde! Nous on espérait que l’annonce d’aujourd’hui allait mettre un terme à ces restrictions... mais là les échos que j’ai, c’est qu’il y a des boîtes de nuit qui vont se mettre à ne plus écouter les consignes, car sinon c’est la faillite!» a déploré Mathieu Grondin, directeur général de Montréal 24h/24h.

Le dirigeant de cet organisme à but non lucratif, qui défend les industries reliées à la vie nocturne à Montréal, s’explique mal que de grands événements sportifs et spectacles puisse se tenir à pleine capacité, tandis qu’il demeure interdit de chanter dans un bar.

«En ce moment, la vie nocturne existe toujours, elle ne se déroule juste pas dans les bars. Il y a plein de partys illégaux qui se déroulent dans des champs, des bâtiments abandonnés dans des sous-sols dans lesquels il n'y a aucune mesure sanitaire, aucun passeport vaccinal, aucune distanciation... À un moment donné, peut-on changer notre approche prohibitionniste?» s’est demandé M. Grondin.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.