/news/coronavirus

Il faudra des mesures fortes pour convaincre les employés non vaccinés

Il faudra mettre en place de nouvelles mesures fortes pour convaincre le personnel qui œuvre en santé de se faire vacciner, et la tâche ne sera pas facile, croit le Dr Joseph Dahine, médecin intensiviste à l'hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: «Ce n’est pas acceptable de travailler non vacciné!»

«Je souhaite que des mesures soient annoncées, des mesures supplémentaires que ce qu’on a déjà entreprit depuis le 28 août. [...] Les arguments qu’on entend, la raison, c’est que ça ne leur tente pas de se faire dire quoi faire. C’est bien difficile à défaire comme argument», relève le médecin intensiviste.

Des efforts considérables, et des heures incalculables ont été utilisés afin de convaincre les récalcitrants. 

«Pour essayer de se sortir de la pandémie, la vaccination est essentielle, il n’y a pas d’ambiguïté là-dessus. On a juste envie comme soignant et gestionnaire de passer à autre chose. Faire vacciner tout le monde, faire en sortes que les patients et collègues soient en sécurité, que le milieu de travail soit sécuritaire et se sortir de cette pandémie qui gruge le peu de réserve qui nous reste», insiste Dr Dahine. 

Sur le terrain    

Si les bilans quotidiens de la COVID au Québec semblent plutôt stables au cours des derniers jours, les conséquences réelles pour les patients et leurs proches d’un séjour aux soins intensifs sont pourtant immenses. 

«Il y a trois patients aux soins intensifs de la Cité-de-la-Santé depuis le 23 septembre dernier, la dernière fois que l’on s’est parlé. Ils sont toujours intubés [plongés dans le coma] et ne sont pas près d’être extubés et retournés chez eux. Ce sont des jeunes dans la quarantaine. Quand on dit que cette pandémie crée des tragédies au niveau personnel, familial et vient chercher les émotions des soignants, c’est vrai. Ça l’air anecdotique sur les 8 millions de personnes au Québec, mais chacune de ces histoires-là touche des dizaines de personnes autour, en plus des soignants. Pour sauver une vie, il faut monopoliser une centaine de personnes autour, sur trois quarts de travail, sur des semaines, dans tous les corps de métier. Du préposé au médecin, donc ces histoires-là sont significatives, chaque personne est significative», conclut le médecin.  

***Voyez son entrevue dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.