/news/coronavirus

Vaccination obligatoire en santé: le débat en cour n’aura pas lieu

Le fameux débat initié par l’avocate montréalaise Natalia Manole qui veut faire suspendre le décret gouvernemental qui force la vaccination chez le personnel de la santé n’aura finalement pas lieu aujourd'hui.

• À lire aussi: Vaccination obligatoire: une grande disparité dans la province

• À lire aussi: Report de 30 jours de la vaccination obligatoire

• À lire aussi: «Ce n’est pas acceptable de travailler non vacciné!»

Au palais de justice de Montréal en matinée, le juge a établi qu’il n’y avait pas d’urgence à traiter de l’affaire étant donné le sursis offert par le ministre de la Santé hier aux employés du réseau.

«On connait tous la décision du gouvernement de reporter la date de tombée de la vaccination obligatoire, il n’y a donc pas d’urgence, mais je tenais à vous voir pour faire de la gestion du dossier. J’ai vu la demande introductive d’instance et mon intention est de procéder rapidement et d’entreprendre l’instruction de la cause le 25 octobre prochain. Il est d’intérêt que les citoyens puissent bénéficier éventuellement d’un jugement sur cette question. Je ne dis pas que le jugement sera rendu avant le 15 novembre, mais quand j’aurai un meilleur éclairage, je serai davantage en mesure de dire quelles mesures de sauvegarde seront pertinentes ou non», a expliqué le magistrat. 

Me Natalia Manole, avocate du personnel médical non vacciné, a confirmé son intention de procéder le 25 octobre. 

«Imaginez maintenant, toutes les personnes qui vont se retrouver sans médecin de famille», explique Me Manole. «Des pharmacies vont devoir réduire leurs horaires, pourquoi ne pas faire tester tout le monde pour qu'ils ne continuent pas la propagation du virus?»

«Ces personnes-là ne sont pas contre le vaccin», ajoute-t-elle. «Ces personnes-là, elles ont leurs propres raisons, des raisons médicales par exemple, qui peuvent ne pas être reconnues par le gouvernement comme étant des raisons suffisantes, des gens qui ont eu des allergies. Il n'y a pas une personne qui a des théories conspirationnistes.»

Elle dit avoir reçu 2000 demandes d’employés qui souhaitent être requérants sur la demande déposée devant le Tribunal.

Me Stéphanie Garon représente le procureur général du Québec.

À la demande du procureur général du Québec, le débat aura finalement lieu le 27 octobre prochain. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.