/news/coronavirus

D’antivax à pro-vaccin

À peine sortie du coma en raison de la COVID-19, une jeune femme de 21 ans qui a frôlé la mort souhaite partir en mission sur le web afin de convaincre le plus de gens possible de se faire vacciner.

« Faites-vous vacciner, avertis Mélodie Trépanier Léger de son lit de l’hôpital Royal Victoria, à Montréal. J’ai failli mourir, j’ai eu de la chance, il s’est passé un miracle, sinon je serais morte, car je ne me suis pas fait vacciner. »

• À lire aussi: Une militante antivaccin reprend du mieux après avoir failli mourir

• À lire aussi: Sa fille sauvée miraculeusement : Sophie Léger en mission pour conscientiser les antivaccins

• À lire aussi: COVID-19: sa fille est plongée dans le coma

• À lire aussi: COVID-19 : une militante antivaccin de 21 ans entre la vie et la mort

La jeune femme s’est finalement réveillée d’un coma de plus de deux semaines dimanche. 

« Quand je me suis réveillée, je me demandais un peu où j’étais et ce qui s’était passé, raconte-t-elle. J’avais encore des hallucinations. Lorsque j’étais dans le coma, j’ai vu des choses traumatisantes, dont la mort de mon entourage et même la mienne. Mon cœur a lâché trois fois et il s’est remis à battre de lui-même chaque fois. »

Miraculée

Les docteurs l’ont qualifiée de « miraculée », selon Sophie Léger, sa mère, qui multiplie les entrevues depuis le tout début de l’hospitalisation afin de sensibiliser les gens à l’importance de la vaccination. 

« Le médecin m’a téléphoné pour me dire que ma fille n’était pas censée survivre et qu’elle se remettait de façon miraculeuse. Il m’a dit qu’avec son équipe des soins intensifs, ils assistaient à un miracle. »

Avant d’attraper la COVID-19 à la mi-septembre, Mélodie Trépanier Léger adhérait aux théories conspirationnistes. Elle croyait, notamment, que le vaccin contenait une puce électronique et que tous ceux qui le prenaient allaient mourir en raison d’un complot gouvernemental.  

« Je le regrette énormément, confie-t-elle. La désinformation a fait naître chez moi une peur et, entre amis, on envenime ça. »

Réapprendre à marcher

Mélodie Trépanier Léger a pris le temps de faire un égoportrait dans sa chambre d’hôpital jeudi.

Photo courtoisie, Mélodie Trépanier Léger

Mélodie Trépanier Léger a pris le temps de faire un égoportrait dans sa chambre d’hôpital jeudi.

Malgré le fait qu’elle est passée à un cheveu de la mort, la jeune femme de Salaberry-de-Valleyfield s’en tire avec peu de séquelles. 

Comme elle a été intubée pendant quelques semaines, elle a encore de la difficulté à parler. 

Elle doit également se rendre en réadaptation afin de réapprendre à marcher.

Chose certaine, dès que son état le permettra, Mélodie Trépanier Léger assure qu’elle ira se faire vacciner.

« Avec tout le soutien que j’ai eu, je crois au vaccin. Et je vais y aller aussi dès que je le pourrai. Je sais maintenant que le vaccin est moins dangereux que la maladie elle-même. »

En partageant l’histoire de sa fille, Sophie Léger semble avoir sensibilisé de nombreuses personnes au vaccin. 

Elle partage d’ailleurs régulièrement sur sa page Facebook des messages d’inconnus qui la contactent pour lui dire qu’ils ont reçu leur dose grâce à elle.