/regional/montreal/montreal

Les engagements des candidats à la mairie de Montréal pour l'itinérance

S’il est élu, le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre s’engage à tenir un sommet sur l’itinérance impliquant les différents niveaux de gouvernement ainsi que les organismes présents sur le terrain afin de trouver des solutions à la problématique.

• À lire aussi: «Flips» de son candidat : Denis Coderre s’en remet à l’OACIQ

• À lire aussi: Balarama Holness porte plainte à la police pour propos haineux

• À lire aussi: Projet Montréal promet de transformer des terrains vagues en plateaux sportifs

Le sommet sera accompagné d’un dénombrement pour faire le point sur la situation. «Il est impensable en 2021 qu’avec les outils et les moyens à notre disposition, nous en soyons arrivés là [en matière d’itinérance]. Il faut prendre nos responsabilités en tant que société», a soutenu M. Coderre.

Il avait réuni les médias à l’intersection de la rue Milton et de l'avenue du Parc afin de présenter ses engagements en matière de lutte contre l’itinérance. Il promet notamment de construire 1800 logements sociaux destinés aux personnes en situation d’itinérance, et accompagnés d’intervenants sociaux.

De même, il prévoit augmenter le nombre de «wet-shelter» dans la métropole. Ceux-ci ont pour objectif de permettre aux itinérants de recevoir des doses contrôlées d’alcool, qui diminuent progressivement.

Ensemble Montréal souhaite également augmenter le nombre d’intervenants et travailler davantage avec les organismes impliqués.

Une enveloppe de 60 millions $ est prévue pour ces différents engagements. «Ce n’est pas une dépense, c’est un investissement», a pondéré M. Coderre, qui rappelle que les diverses problématiques sociales qui découlent de l’itinérance représentent également un coût important. 

Quant à Valérie Plante, elle prévoit hausser le budget d'itinérance à 24 M$ sur 4 ans, construire 300 logements par année et offrir une approche de soutien 24/7. 

«Au lieu de pointer du doigt tout le monde, on va travailler ensemble et assumer ce leadership. Pas instrumentaliser les problèmes comme on l’a vu au niveau des tentes sur Notre-Dame en disant: "je ne peux rien faire", mais je passe à la télévision», a-t-il lancé, dans une pointe envers son adversaire Valérie Plante, la mairesse sortante.

Denis Coderre n’a pas mâché ses mots à l’égard de la gestion de l'itinérance par l'administration Plante. 

«C’est un désastre», dit-il. «Cette administration a failli en matière d’itinérance. C’est toujours la faute des autres, on demande toujours plus d’argent à Québec et Ottawa, et quand il y a des problèmes, on dit qu’on ne peut rien faire. Milton-Parc en est la preuve évidente.»

Dans ce quartier, un itinérant est décédé au mois de janvier dernier. Raphaël André, un Innu de 51 ans, avait été retrouvé mort dans une toilette chimique à quelques mètres du refuge qu’il fréquentait. Le refuge était fermé à cause d'une éclosion de COVID-19 et un problème de plomberie. 

Mardi, un sans-abri de 46 ans, qui fréquentait la Mission Old Brewery, a été victime du 24e meurtre de l'année dans la métropole. Il a succombé à ses blessures après avoir été poignardé. Un suspect dans la vingtaine a été arrêté. 

Un autre itinérant a été envoyé dans l'hôpital après une violente bagarre vendredi après-midi. Une femme l'aurait poignardé au cou avec un tesson de bouteille. 

Les principaux candidats à la mairie, soit Balarama Holness, Valérie Plante et Denis Coderre, débattront de la question de l'itinérance le 21 octobre prochain sur les ondes de LCN. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.