/regional/quebec/quebec

Des milliers de travailleurs des CPE manifestent devant l’Assemblée nationale

C’est sous le rythme des percussions, de trompettes et des crécelles que des milliers de travailleurs des CPE affiliés à la CSN ont fait leur arrivée devant l’Assemblée nationale afin de manifester, vendredi en milieu de journée.

Les manifestants n’ont pas manqué de se faire remarquer, vêtus pour la plupart de vêtements colorés et flanqués de pancartes, de peluches et de ballons.

Selon la CSN de Québec–Chaudière-Appalaches, la foule est estimée entre 6000 à 7000 personnes. 

Marc Vallières/Agence QMI

Cette manifestation survient dans le cadre de la grève qui s’est tenue dans plusieurs régions du Québec, depuis lundi. Les travailleurs des CPE réclament essentiellement de meilleures conditions de travail.

L’annonce de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, jeudi matin, n’a pas ralenti l’ardeur des manifestants. Mme LeBel a annoncé une hausse salariale aux éducatrices, alors que se poursuivent les négociations.

Pour Stéphanie Vachon, représentante des CPE à la FSSS-CSN, il faut plutôt «maintenir la pression» auprès du gouvernement.

«C’est vraiment un adon, le point de presse d’hier en pleine journée de grève, lance-t-elle. Ça ne nous a jamais fait changer d’idée, car ce sont essentiellement les mêmes offres qui ont été déposées en juillet, mais avec un pourcentage de plus. La structure de leur dépôt avantage uniquement les éducatrices, alors que l’on a d’autres appellations.»

Également présente à l’événement, la présidente de la CSN rappelle qu’il n’y a pas uniquement la question salariale à améliorer.

«On va se le dire, le salaire est juste une partie du problème. L’autre partie, ce sont les conditions de travail», fait valoir Caroline Senneville.

Elle souligne les problématiques croissantes au sujet des ratios aux éducatrices et des besoins pour les enfants avec des besoins spéciaux.

Marc Vallières/Agence QMI

Mélissa Lanthier, une éducatrice qui a participé à la manifestation, estime que les travailleurs des CPE sont les grands oubliés du gouvernement.

«Depuis le début de la pandémie qu’on travaille ardemment pour aider les familles à continuer leur travail et aller au front et nous, on nous a oublié. On n’a jamais fermé», souligne-t-elle.

Mme Lanthier estime qu’il est injuste que des primes aient été octroyées aux employés d’autres secteurs et qu’elles, elles ne reçoivent «qu’une petite tape dans le dos». Mais par-dessus tout, c’est le bien-être des enfants qui lui tient à cœur.

«On n’est pas là juste pour le salaire, on est là également parce que les conditions font en sorte que les enfants n’ont pas le maximum qu’ils peuvent avoir», se désole-t-elle.

Plusieurs manifestants ont accroché, devant l’Assemblée nationale, des peluches portant un nom, soit celui de plusieurs éducatrices qui ont quitté le milieu en lien avec les problèmes dénoncés.

La circulation est perturbée dans le secteur. Le Service de police de la Ville de Québec est sur place afin de veiller au bon déroulement de l’événement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.