/regional/troisrivieres/mauricie

Fournisseurs de jaquettes et de masques: Québec a fermé le robinet à l'industrie «de guerre» en Mauricie

Maintenant que le pire de la pandémie semble être derrière nous, les entreprises de la Mauricie qui ont participé à l'effort de guerre retombent sur leurs pieds. Le retour à la normale ne se fait pas sans un peu de dépit à l'égard du gouvernement du Québec qui a mis fin à l'octroi de contrats d'urgence.

• À lire aussi: Un an plus tard : L'effort de guerre de nos PME

• À lire aussi: Un deuxième effort de guerre pour l'équipement médical

Ainsi, c'en est fini de la confection de jaquettes d'hôpital pour Textiles Patlin de Saint-Paulin et de vêtements de chirurgie pour Chemise Empire de Louiseville.

Le gouvernement réactive ses filières d'approvisionnement, notamment sur les marchés étrangers, ce qui ne passe pas très bien.

«Je suis consciente que nos coûts ne peuvent être les mêmes que les Chinois ou tout autre pays asiatique ou, peu importe, mais ça reste que nous étions là et on l'a fait cet effort de guerre là», s'est désolée vendredi Sonia Chevalier des Textiles Patlin. Elle se sent lâchée par le gouvernement Legault.

Entreprises Prémont, qui fabrique à Louiseville des masques de procédure et des masques à fenêtre ne reçoit plus non plus de commandes publiques.

«Je dirais que c'est quand même une déception», a commenté le président de l'entreprise, Luc Girard, en entrevue à TVA Nouvelles.

Le maire de Louiseville trouve que cette décision vient en contravention avec la politique d'achat local.

«Je me souviens de ça moi, le Panier bleu, qu'il faut s'aider au Québec, qu'il faut que tout le monde achète québécois. Alors j'espère qu'on ne sera pas abandonnés», a martelé le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Le gouvernement tempère toutefois les choses. Actuellement, il lui faut respecter la loi encadrant les achats publics. Éventuellement, cette loi sera modifiée. Le travail est déjà en cours.

«On veut changer cette façon de faire et on veut faire plus de place aux entreprises québécoises dans les marchés publics», a expliqué le député de Maskinongé, Simon Allaire, directement impliqué dans la préparation de la nouvelle loi.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.