/finance/homepage

La hausse des prix devrait se poursuivre

Vous l’avez sans doute remarqué : de nombreux biens ont vu leur prix monter en flèche au cours de la dernière année. 

• À lire aussi: Voici comment faire des économies sur vos épiceries

• À lire aussi: La pandémie continue d'entraver la croissance mondiale

• À lire aussi: L’inflation au pays restera élevée jusqu’à la fin de l’année, selon Tiff Macklem

Jeudi, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a avoué être préoccupé par le fait que l’inflation ne semble pas vouloir s’essouffler et qu’elle touche autant de produits.

En effet, que ce soit l’alimentation, la construction ou le textile, de nombreux secteurs sont affectés par une hausse des coûts, qui se traduit habituellement sur la facture des consommateurs.

Plus cher pour manger et se vêtir

Faire l’épicerie coûte beaucoup plus cher qu’il y a un an. Il faut dire que le prix du blé a augmenté de 30% durant cette période, alors que le prix du sucre est en hausse de 40%.

L’avoine coûte quant à elle 127% plus cher qu’à pareille date l’an dernier alors que le coût du café a doublé en un an. 

Lorsque vient le temps de s’habiller, la facture est également plus salée et pour cause, depuis octobre 2020, le prix du coton est en hausse de 110%.

Cette situation a inévitablement un impact sur le coût des vêtements.

Au niveau du transport, là aussi, on fait face à une hausse des dépenses. Avant la pandémie, il en coûtait 6,13$ pour transporter une chaussure par cargo. Or, ce même soulier coûte aujourd’hui 8,32$ à transporter.

Pour voir les explications complètes, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.