/regional/sherbrooke/estrie

Le département d’obstétrique de Lac-Mégantic fermé le week-end

Le manque de personnel force la fermeture du département d’obstétrique de l’hôpital de Lac-Mégantic pendant les week-ends, dès cette semaine et jusqu’à nouvel ordre.  

Ainsi, dès 23 h vendredi, jusqu’à 8 h le lundi, le département ne pourra accueillir aucune patiente dont le travail s’amorcera durant ces heures. 

Elles devront se rendre soit à Sherbrooke ou à Thetford Mines ou à Saint-Georges. Il s’agit donc, au minimum, d’une heure de route pour pouvoir accoucher. 

Malgré le report du décret de la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé, il manque près de 1000 infirmières, confirme le CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

De plus, un noyau dur d’employés refuse toujours de se faire vacciner, malgré les délais accordés par le ministère de la Santé. 

On estime ce nombre à près de 700 employés. Avant l’annonce du décret en septembre, ce nombre était plutôt de 3200. 

Les prochains mois à venir risquent donc d’être difficiles. 

« Je pense qu’on est à l’intersection, croit le Dr Stéphane Tremblay, PDG du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Je crois que si on persiste à aller dans la même direction, le mur va arriver, et il n’est pas très loin. On doit vraiment changer. »

Pour sa part, la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, est inquiète.

«On s'entend que c'est inquiétant. Les plus grands centres sont environ à 1h15 d'ici. Dès que j'ai su la nouvelle, j'ai fait quelques appels. J'ai des gens que je connais qui travaillent en obstétrique et des gens qui sont en attente de leurs enfants, donc je sais qu'en ce moment c'est insécurisant, autant pour les familles que pour les membres du personnel de la santé», dit-elle.

- Avec les informations de Mélissa Fauteux

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.