/finance/homepage

Le prix médian d’une maison à 571 400 $ dans le Grand Montréal

Teure Immobilien

Eisenhans - stock.adobe.com

Le prix médian d’une maison unifamiliale a bondi de 20 % d’une année à l’autre au troisième trimestre dans le Grand Montréal, atteignant 571 400 $.

Selon Royal LePage, qui a dévoilé vendredi une étude sur les prix des maisons et des condos, l’agrégat du prix d'une propriété dans la région métropolitaine a pour sa part crû de 20,8 %, d’une année à l’autre, pour se fixer à 517 200 $. L’agrégat est calculé à partir de la moyenne pondérée de la valeur médiane de tous les types de propriétés étudiés.

Pour ce qui est des condos, l’augmentation de valeur s'est chiffrée à 12,2 % d’une année à l’autre, à 410 400 $, au troisième trimestre.

Malgré ces hausses importantes, le marché immobilier a ralenti au cours de l’été, comme les experts l’avaient anticipé. Ainsi, la hausse de l’agrégat est beaucoup moins importante entre le deuxième et le troisième trimestre, à seulement 0,6 %.

Les fluctuations dues notamment à la pandémie commencent à s’atténuer, mais le faible inventaire pousse les prix à la hausse, même modestement comme ce fut le cas au cours des dernières semaines.

«Les signes de ralentissement que nous avions anticipés se sont confirmés pendant le troisième trimestre», a indiqué Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage au Québec.

«Les variations de prix d’un trimestre à l’autre sont descendues à leur taux le plus bas depuis le début de la pandémie, sous un pour cent, alors que les augmentations des trimestres précédents avaient plutôt varié entre 5 et 10 %», a-t-il ajouté.

Écoutez le débat entre Robert Beaudry de Projet Montréal et Karine Boivin-Roy d'Ensemble Montréal sur QUB radio: 

Des ventes en recul 

Dans le Grand Montréal, les ventes de maisons unifamiliales ont reculé de 37,2 % au troisième trimestre par rapport à la période correspondante de 2020, qui avait été marquée par une forte activité due à la demande refoulée pendant la première vague de la pandémie de COVID-19. Au niveau des copropriétés, le repli du nombre de ventes est de 22,3 %.

«Lorsque l’on compare les ventes du troisième trimestre de 2021 à celles du troisième trimestre de 2019, les ventes de maisons unifamiliales ont diminué de 9,1 %, tandis que les ventes de copropriétés ont augmenté de 7,4 %. Sous cet angle, on peut affirmer que le troisième trimestre de 2021 marque un point de rupture de cette ère d’effervescence sans précédent», a indiqué Royal LePage.

Des prévisions inchangées 

Pour ce qui est de ses prévisions d’ici la fin de l’année, Royal LePage maintient le cap.

«Bien que le marché immobilier du Grand Montréal ait commencé à atterrir en ce début de deuxième moitié de l’année, tout semble indiquer que les prévisions de l’entreprise s’avèrent en vue du quatrième trimestre de 2021. Royal LePage maintient ainsi ses prévisions avec une hausse de 17,5 % d’ici la fin de 2021, comparativement à la fin de 2020, portant le prix de l’agrégat dans le Grand Montréal à 522 900 $», a souligné la bannière immobilière.

Quant à la croissance entre le troisième et le quatrième trimestre, elle devrait être de 1,0 %.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.