/regional/estduquebec/cotenord

Sept-Îles: les travaux de démantèlement se poursuivent sur l'île Corossol

Quatre bâtiments témoins de l’époque des gardiens de phare ont disparu du paysage de l'île Corossol à Sept-Îles au cours des dernières semaines. Le gouvernement fédéral a injecté plus d’1 million $ sur deux ans pour démanteler des infrastructures jugées dangereuses.

Le phare, l’Abri du criard de brume et la Maison du gardien sont les trois seuls bâtiments qui se trouvent toujours sur l’île Corossol.

Tout le reste a été démantelé au cours des deux dernières années. L’opération la plus récente qui s’est terminée à la fin septembre a notamment permis la décontamination et la déconstruction de la maison de l’assistant-gardien, de trois remises et d’infrastructures d’accès à l’île.

Les matériaux de construction et le béton ont été ramenés sur la terre ferme par hélicoptère puisque l’île est difficilement accessible.

Le site a été laissé à l’abandon après le départ du dernier gardien de phare de l’île dans les années 80.

Ce n’est que pour des raisons de sécurité que le propriétaire du terrain, le gouvernement fédéral, a décidé d’agir via le ministère Relations Couronne-Autochtones.

En 2020, la disparition de bâtiments a éveillé un sentiment d’urgence dans la population. La sauvegarde et la mise en valeur du site sont devenues des priorités de la Ville de Sept-Îles et de la communauté innue de Uashat mak Mani-Utenam.

C’est pourquoi le gouvernement fédéral cherche actuellement des solutions pour le maintien de l’Abri du criard de brume et du phare. Pour identifier les actions à poser, un relevé photographique par drone et une étude historique du patrimoine bâti seront réalisés.

La Maison du gardien de phare ne figure pas dans la liste des infrastructures ciblées pour être préservées.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, s’est réjoui de la volonté du gouvernement fédéral de participer au projet avec la communauté innus de Uashat mak Mani-Utenam.

«Il faut qu’il demeure quelque chose sur la pointe. C’est un repère. De plus en plus, nos gens s’approprient la mer. Le maritime devient important, les croisières aussi. C’est quelque chose de beau, c’est quelque chose d’historique. Tout le monde l’a compris. Vraiment je sens que le gouvernement fédéral veut bien faire dans ce dossier. D’ailleurs, c’est eux qui nous relancent quand c’est le temps.»

Et le temps presse puisque la toiture de l’Abri du criard de brume est très endommagée. Le phare, en béton, semble encore se tenir droit mais on ignore encore pour combien de temps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.