/news/society

Hôpital de La Tuque: «on ne veut pas perdre plus de services»

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a poussé un soupir de soulagement lorsque le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé a repoussé la date de la vaccination obligatoire jusqu’au 15 novembre.

• À lire aussi: Prête à abandonner sa carrière de rêve d’infirmière par peur du vaccin

• À lire aussi: Les syndicats sur la corde raide face aux antivaccins syndiqués

• À lire aussi: La Beauce, épicentre de la COVID-19 au Québec

«Je crois que le gouvernement a pris une bonne décision (...) cela a rassuré la population latuquoise, mais vous savez dans ce contexte-là vaut mieux un tien que deux tu l’auras», mentionne Pierre-David Tremblay.

L’hôpital de sa ville est déjà aux prises par de nombreux problèmes comme ceux du département d’obstétrique, la perte des services d'ophtalmologie et des services intensifs.

«Il faut transférer à l’heure actuelle, le patient en ambulance. Alors, c’est de se taper 135 kilomètres pour aller à Shawinigan où encore 150 kilomètres pour aller à Trois-Rivières. C’est une incohérence de déplacer des personnes qui sont malades alors que le système voudrait qu’on déplace des gens en santé pour venir nous soigner dans nos propres hôpitaux», explique le maire.

Selon lui, il faut continuer à faire pression sur la population à se faire vacciner.

«Lors de la première vague, au niveau de la région, il y a 1000 employés (de la santé) qui ont été infectés par la COVID-19, au niveau de la quatrième vague, c’est 40. Donc, la vaccination a fait ses preuves. Quoiqu’on entende quoi qu’on en dit les chiffres parlent d’eux-mêmes», souligne-t-il.

Regardez l’entrevue complète du maire de La Tuque dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.