/regional/montreal/montreal

Un grand défi relevé avec succès pour Pierre Lavoie

La Grande Marche organisée par le Grand Défi Pierre Lavoie en est venue à sa conclusion, dimanche, et l’organisation a profité d’une période de questionnement due à la COVID-19 pour moderniser sa stratégie de marketing, en route vers un grand succès.

• À lire aussi: Encourager les gens à bouger avec la Grande Marche

• À lire aussi: La Grande Marche Pierre Lavoie est de retour

L’ère du coronavirus a forcé le groupe à user à profusion du pouvoir de l’internet et des médias sociaux à des fins de mobilisation. Le résultat a été extrêmement positif, puisque quelque 130 000 Québécois ont marché 5 km dans l’une des 89 villes de la Belle Province qui ont lancé un événement pour souligner l’occasion.

Pierre Lavoie a affirmé que c’était un engagement nettement supérieur à celui qu’on a vu dans le passé, et ce, malgré le fait que les marches officielles tenues à Saguenay (vendredi), Québec (samedi) et Montréal (dimanche) avaient une capacité maximale de 2000 personnes. Les gens pouvaient s’inscrire via internet et participaient à distance dans toutes les régions de la province, quelques fois en partageant leur aventure sur leur média social préféré.

«Nomme-moi une autre place dans le monde où les médecins prescrivent la marche à leurs patients et qui ensuite vont la faire avec eux. Le Québec est hors-norme», a fièrement dit Pierre Lavoie, lorsque joint au téléphone.

«C’était pour la première fois un retour en présentiel, une occasion de rassembler tous ceux qui bougent pour montrer l’exemple dans un événement très inclusif. On était ensemble, mais à distance. Ça laisse un bon présage pour 2022», a-t-il poursuivi.

Pour l’organisateur de la marche qui en était à sa septième édition, la recette du bien-être est simple. Il met énormément d’accent sur la promotion d’un mode de vie sain basé sur les activités physiques qui peuvent avoir un impact majeur sur le bien-être des gens en vieillissant.

«Avec le système de santé actuel, c’est important d’apporter notre propre contribution en faisant de la prévention, a décrit Lavoie. C’est une partie qu’on a à faire qui est très importante. C’est comme une auto, si on n’en prend pas soin, il ne faut pas être surpris qu’elle ne fonctionne plus après quelques années, contrairement à celle qu’on entretient régulièrement.»

«On pourrait prévenir 80% des maladies en faisant de la prévention. C’est actuellement 1,5% du budget de la santé qui est investi à cet effet, ça doit être beaucoup plus», a ajouté Lavoie, avec insistance.

«Phénomène social» 

Le nombre d’inscriptions par internet pour la Grande Marche représentait environ 70% de l’entièreté des participants, selon les données partagées par Lavoie. Parmi les 130 000 marcheurs, 70% étaient des femmes.

«Évidemment, je généralise, mais quand on enlève le chronomètre et l’aspect compétitif de la chose, c’est les femmes qui prennent le dessus. Elles ne sont pas là pour les mêmes raisons que les hommes, elles le font pour leur santé, puis elles exercent une influence sur leurs enfants. On assiste à un véritable phénomène social.»

La volonté de démocratiser le sport est au cœur du discours du Grand Défi Pierre Lavoie et une telle participation de la gent féminine est la preuve que le Québec fait du progrès en matière d’inclusion et de mobilisation pour promouvoir la santé.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.