/regional/troisrivieres/mauricie

Élections municipales à Trois-Rivières: des organismes demandent des engagements clairs

Des organismes communautaires de Trois-Rivières, qui luttent contre la pauvreté, ont demandé des engagements clairs aux candidats à la mairie, quant à la tarification du transport collectif et à l'accès aux logements, en vue de l’élection municipale du 7 novembre.

• À lire aussi: «Les choses doivent changer»: un message de François Legault aux allures électorales

• À lire aussi: Référendum: les Albertains se prononcent sur la question de la péréquation

• À lire aussi: Denis Coderre veut faire «renaître» l’est de Montréal

Une quinzaine de représentants du milieu communautaire se sont ainsi réunis près de l’Hôtel de Ville de Trois-Rivières, lundi, pour que la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) adopte la tarification sociale.

Cette mesure aiderait les gens en situation de précarité pour qu’ils aient accès à un tarif réduit. Les organismes réunis lundi ont demandé une réduction de 50 % par rapport au prix actuel.

«Les prix montent partout. Pour quelqu’un qui sort de l’aide sociale et intègre le marché du travail, ça lui donnerait une chance. Au début ils n’ont pas d’argent alors COMSEP fournit le transport et après ils sont en mesure de s’acheter la carte. Au salaire minimum ça revient très cher», a indiqué Sylvie Tardif, coordonnatrice du Centre d'organisation Mauricien de services et d'éducation populaire (COMSEP).

Selon le plan soumis par la STTR, un nombre limité de titres «à tarification sociale» pourrait être mis en circulation avec un escompte d’environ 40 %. Le manque à gagner serait de 217 000$, et c’est la ville qui compenserait à même le budget.

Les représentants communautaires ont aussi demandé aux candidats à la mairie que la ville se dote d’un registre des loyers pour assurer une vigie sur les augmentations de prix, mais aussi d’assurer un suivi sur la salubrité.

«Ce registre permettrait de savoir si le prix demandé à un nouveau locataire est trop élevé par rapport à ce que le locataire actuel paie. En cas d’abus, il y aurait des recours», a souligné la coordonnatrice d’InfoLogis Mauricie Carol-Ann Côté.

Accueil favorable de la part des candidats 

Le maire Jean Lamarche a soutenu que la STTR a soumis un projet au conseil municipal dans les dernières semaines et qu’il compte militer pour son approbation s’il était réélu. «Je peux vous dire que ça va arriver. Il reste seulement au conseil de voter, mais c’est inscrit dans notre budget 2022».

Même son de cloche pour Valérie Renaud-Martin. «Offrir la tarification sociale aux plus démunis et aux personnes âgées ça fait partie de mes promesses alors je vais le réaliser», a-t-elle soutenu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.