/news/coronavirus

Garderies: les masques d’ici finalement abandonnés

Quebec

Photo Stevens LeBlanc

Les masques à fenêtre transparente québécois, « plus confortables », selon plusieurs intervenants du milieu, ne seront finalement jamais livrés dans les garderies, alors que les derniers appels d’offres ont été annulés.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur la COVID-19

• À lire aussi: Pandémie et épuisement: pourquoi les infirmières choisissent-elles de rester en poste?

• À lire aussi: Salles de spectacle au maximum de leur capacité: le public plus ou moins au rendez-vous

C’est ce qu’affirme le ministère de la Famille, dans une lettre envoyée à tous les soumissionnaires de ces appels d’offres en août dernier et dont Le Journal a obtenu copie. « Un appel d’offres a eu lieu dernièrement, mais il a été annulé étant donné la réserve de masques actuellement disponible », peut-on lire.

En juillet dernier, Le Journal rapportait en effet que des dizaines de caisses de masques à fenêtre transparente importées de la Chine prennent la poussière dans les garderies, alors que les éducatrices refusent de les porter en raison de leur piètre qualité.

Selon plusieurs témoignages, le masque chinois, qui est actuellement le seul fourni aux intervenants, embue, ne s’ajuste pas bien sur la bouche et coupe le son, notamment.

« Grande déception »

Pour Entreprise Prémont de Louiseville, qui représentait le plus bas soumissionnaire pour ces deux futurs contrats, estimés à plus de 7,3 M$, il s’agit d’une « grande déception ».

« Nous sommes très déçus puisque les éducatrices ne recevront pas de masques à fenêtre convenables », mentionne le vice-président de l’entreprise, Luc Girard.

Cet « énorme » contrat aurait permis la livraison de près de 18 millions de masques en plus d’assurer la pérennité de l’entreprise québécoise, se désole M. Girard.

La « case départ »

L’annulation de ce contrat a aussi de quoi inquiéter l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec, qui estime que ce « recul » fait revenir le dossier « à la case départ ».

« On ne peut pas blâmer les éducatrices de ne pas porter ces masques [chinois], parce que d’une part, on voit bien qu’ils n’aident pas s’ils embuent et si on ne voit pas bien la bouche, en plus d’être inconfortables », déplore Paul-André Gallant.

« Je les ai essayés, ces masques, et je peux vous dire que même en tant que président, j’avais de la difficulté à le porter », mentionne-t-il.

Certains intervenants auraient par ailleurs souhaité des essais de ces types de masques, avant de procéder à d’importantes commandes. C’est notamment ce qu’avait proposé au gouvernement la directrice générale de l’Association québécoise des centres de la petite enfance, Geneviève Bélisle. « On aurait aimé s’asseoir avec des pédiatres et des spécialistes, mais nous étions dans une urgence d’agir », dit Mme Bélisle.

Questionné à savoir ce qui adviendra de tous ces stocks de masques à fenêtre transparente, le porte-parole du ministère de la Famille, Bryan St-Louis, a répondu que « plusieurs centaines de milliers de masques médicaux à fenêtre sont utilisés mensuellement dans le réseau des services de garde ».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.