/news/world

Enlèvements en Haïti: la GRC collabore aux efforts

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé qu’elle collaborait «avec les autorités policières haïtiennes et américaines» sur l’enlèvement des 17 personnes, incluant un Canadien, par un gang en Haïti samedi.

• À lire aussi: Une rançon de 17 M$ demandée pour les 17 missionnaires enlevés en Haïti

• À lire aussi: Les enlèvements, source d’angoisse pour les ONG en Haïti

• À lire aussi: Accablé par les enlèvements, Haïti se met à l'arrêt

Elle n’a pas voulu en dire plus sur l’étendue de sa participation, mais a laissé entendre qu’elle pourrait être impliquée à travers le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) par le biais de l’Arrangement sur la police civile au Canada, un partenariat entre la GRC, Sécurité publique Canada et le ministère des Affaires étrangères.

«La GRC collabore étroitement avec ses partenaires étrangers et entretient de solides relations avec les organismes d’application de la loi partout dans le monde. Ces relations sont essentielles pour permettre au Canada de faire face aux menaces mondiales, ainsi que dans les cas d’enlèvement», a-t-on fait savoir dans un courriel.

Le gang qui a enlevé les otages réclame une rançon de 17 millions $, soit 1 million $ par tête.

Le groupe de personnes enlevées comprenait seize missionnaires américains et un Canadien, membres du groupe d’aide Christian Aid Ministries, basé en Ohio, aux États-Unis. Cinq enfants figurent parmi les personnes enlevées, incluant un bébé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.