/news/currentevents

Le nombre de sauvetages aux rapides de Lachine explose

Thierry Laforce/Agence QMI

Déjà cinq fois plus de plaisanciers qu’à l’habitude ont dû être secourus depuis le début de l’année dans le secteur houleux du fleuve où un pompier s’est noyé dimanche. 

• À lire aussi: Décès du pompier Pierre Lacroix: des chefs de pompiers endeuillés

• À lire aussi: Intervention tragique sur le fleuve: mort en héros à l’aube de sa retraite

« Une année normale, j’ai deux ou trois sauvetages [dans le secteur des rapides de Lachine]. Je pense qu’on est rendus à 15 cette année », a expliqué le commandant à la Garde côtière auxiliaire canadienne Brian Sackman.

Ce dernier attribue cette explosion d’appels de détresse sur les eaux à « l’effet pandémie », où bon nombre de personnes se sont tournées vers les sports nautiques. 

« Les gens ne peuvent pas voyager, alors ils veulent profiter de l’eau ici, a-t-il remarqué. Il y a beaucoup de gens qui achètent des bateaux, des planches ou des kayaks. »

Surpris sur le fleuve  

Plusieurs plaisanciers se font aussi surprendre par la force du fleuve, a déploré le coprésident de l’Association des gestionnaires en sécurité incendie et civile du Québec, Jean Melançon. 

« Souvent, les gens qui s’aventurent sur le fleuve ne connaissent pas les risques, ne connaissent pas le territoire. Ce n’est pas comme sur un lac près du chalet. Vous êtes sur le fleuve, où le courant est fort et où il y a un changement de courant », a averti celui qui est aussi le directeur du service d’incendie de la Ville de Longueuil. 

M. Melançon a d’ailleurs aussi remarqué sur son territoire une augmentation accrue du nombre d’appels de détresse de plaisanciers.

« Les gens arrivent d’ailleurs, mettent leur bateau à l’eau et vont s’aventurer sur le fleuve, sans vraiment connaître les enjeux », a remarqué M. Melançon, qui en appelle d’ailleurs à la vigilance, et ce, peu importe la saison. 

Onde de choc  

Ce dernier participait hier au congrès de l’Association des gestionnaires en sécurité incendie et civile du Québec, à Trois-Rivières, où les dirigeants de différents services d’incendie se trouvaient.

« L’ambiance est très morose, c’est une onde de choc ici et partout au Québec. C’est toujours troublant qu’en 2021 un pompier perde la vie ainsi », a-t-il laissé tomber.

Une minute de silence en l’honneur du pompier disparu y a été observée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.