/finance/homepage

Michel Nadeau, l'homme qui aimait le Québec inc., est décédé

Il était de ces géants discrets, ceux qui ont participé, parfois dans l’ombre, à la construction du Québec moderne. Sherpa dévoué de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Michel Nadeau qui a joué un rôle vital pour le Québec Inc. est décédé aujourd’hui à l’âge de 75 ans après un combat contre le cancer. 

Pourtant, rien ne le destinait à mener une carrière dans le monde de la finance. Détenteur d’un baccalauréat en sciences politiques de l’Université Laval, Michel Nadeau se dirigeait davantage vers métier plus libéral. 

Mais après une discussion avec un professeur de McGill qui lui fait comprendre l’importance pour les Québécois de prendre leur place dans l’économie, il bifurque et obtient un MBA, comme il l’a raconté récemment au Devoir. 

C’est justement dans ce quotidien qu’il commence sa carrière en 1973. Journaliste économique, puis éditorialiste financier, il met en lumière les succès des entreprises d’ici, un pied de nez aux bonzes de Bay Street qui regarde le Québec avec dédain. 

Son arrivée à la Caisse de dépôt et placement

Et c’est cet amour du Québec et cette compréhension des enjeux économiques qui l’amène à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). 

« Nous n’avions pas de culture entrepreneuriale forte. On l’a développé et on a donné des outils aux entrepreneurs québécois pour grandir, on a créé les leaders de demain », s’était confié Michel Nadeau récemment au Journal. 

Il restera 18 ans à la CDPQ et va imprimer sa vision, en assurant la double mission de l’institution, obtenir du rendement mais aussi travailler à faire grandir l’économie québécoise. 

« Il était toujours calme. Il savait qu’il allait réussir. C’était enrichissant de travailler avec lui », a souligné dernièrement son ancien patron, Jean Campeau, qui l’avait embauché dans les années 80 à la Caisse de dépôt. 

Journaliste un jour, journaliste toujours    

Pour Jean-Claude Scraire qui a mené la destinée de la CDPQ entre 1996 et 2002, Michel Nadeau avait conservé son regard de journaliste. 

« Michel est demeuré un journaliste du quotidien, il voyait toujours ce qui se passe et se demandait à chaque jour : quelle peut être ma contribution. Il faisait de multiples actions pour avoir un impact au quotidien. Et même lorsqu’il a été à l’Institut de la gouvernance (IGOPP), il aidait les entreprises, il développait notre économie », a-t-il souligné. 

Pendant cette période, Michel Nadeau met en place un programme de stagiaires dans les firmes de courtage qui va permettre à plusieurs finissants de bien comprendre l’économie et la finance. 

Écoutez la chronique économique d'Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio:  

Il va aussi jouer un rôle primordial lors de la vente de Vidéotron à Québecor après avoir bloqué la transaction à la Torontoise Rogers. 

« À l’interne, on voulait encourager Québecor. On savait qu’il était important de supporter l’entreprise et on devait tout faire pour garder une technologie émergente au Québec », a-t-il relaté récemment. 

Pierre Karl Péladeau a tenu à saluer la philosophie qui animait Michel Nadeau. 

«Si Vidéotron a été acquise par une entreprise québécoise, c'est grâce à lui. Il a su convaincre les autorités politiques des bienfaits de promouvoir les intérêts des entreprises québécoises», a souligné le président et chef de la direction de Québecor. 

«D'une certaine façon, il était partisan de la même philosophie que celle de mon père. La meilleure façon de devenir politiquement indépendant, c'est de le devenir économiquement». 

Vulgariser les enjeux économiques    

Pour les journalistes, il était un vulgarisateur hors pair, un expert de la gouvernance qui connaissait tous les racoins des entreprises d’ici.

« Michel Nadeau était très généreux de son temps et de son expertise, toujours disponible pour expliquer, contextualiser et nous donner un éclairage de ce qui se jouait vraiment derrière les portes closes. Il était une ressource assez unique pour les journalistes en économie », a souligné le journaliste économique Gérald Fillion. 

Pour l’animateur Georges Pothier qui l’a côtoyé pendant plusieurs années, Michel Nadeau avait conservé une humilité malgré son parcours impressionnant. 

« Pour moi, il était le gentleman du Québec Inc. Il savait tout ce qui se passait, connaissait tout le monde et était respecté par tous et toutes dans le monde des affaires mais ne s'en vantait jamais. Je garderai le souvenir d'un homme bon, généreux et passionné », nous a-t-il confié. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.