/sports/homepage

Le Tricolore toujours sans victoire

Dominique Ducharme avait utilisé une analogie forte après le revers de 5 à 1 contre les Sabres, jeudi, à Buffalo, faisant référence à un enfant qui se plaçait une main sur le poêle pour comprendre que ça brûlait.

• À lire aussi: Patrick Roy: «Je n'ai jamais parlé à Geoff Molson»

• À lire aussi: Cédric Montminy est le premier capitaine des Lions

• À lire aussi: La rumeur Patrick Roy à Montréal reprend de plus belle

Après cet autre revers humiliant de 5 à 0 face aux Sharks de San Jose, mardi, les joueurs du Canadien ont placé les deux mains sur le poêle. Ils n’ont visiblement pas encore compris la leçon.

Jeff Petry avait un air débiné après la rencontre, exprimant clairement sa frustration.

«Je ne sais pas quoi dire, a-t-il murmuré. On ne s’est pas présenté à Buffalo et il y avait quelques petits échantillons [mardi] soir. Mais ce n’est pas assez. C’est frustrant. Après quatre matchs, on en a déjà joué deux lors desquels il y avait zéro effort. C’est frustrant.»

Malgré la présence de Mike Hoffman, qui devait insuffler une énergie nouvelle, le Canadien a encore une fois cruellement manqué d’imagination sur le plan offensif et son jeu défensif restait tout aussi décousu. Il y avait peu de spectateurs pour constater ce triste spectacle avec une foule annoncée de 16 095.

Une première depuis 1995

Les Sharks n’ont rien d’une puissance dans la LNH, malgré un dossier de deux victoires et aucun revers en ce jeune début de saison.

Mais à l’image des Sabres, ils ont dicté le jeu dès les premières secondes de jeu.

Après une période, les visiteurs menaient déjà 3 à 0 grâce à deux buts de Jonathan Dahlen. À mi-chemin dans le match, c’était 4 à 0 et au chapitre des tirs, on lisait 17 pour les Sharks et 5 pour le CH.

Le Tricolore a maintenant perdu ses quatre premiers duels du calendrier régulier, une première depuis 1995-1996, année des congédiements de Jacques Demers et de Serge Savard, justement après quatre défaites consécutives en ouverture de saison.

Ce qu'on a remarqué...

Les mêmes problèmes

Il y a l’avantage numérique qui ne débloque pas, mais le jeu en infériorité numérique reste également problématique. Pour un quatrième match d’affilée, le CH a concédé au moins un but à ses rivaux à court d’un homme. Timo Meier et Kevin Labanc ont marqué en supériorité numérique. Après quatre matchs, le Tricolore a donné sept buts en 17 occasions (58,8 %). Pour le jeu de puissance, on parle d’un atroce zéro en 13 (0 en 2 contre les Sharks).

De la jonglerie

Dominique Ducharme n’a pas le choix. Avec une attaque anémique, il doit brasser ses cartes. Et l’entraîneur-chef l’a fait souvent à partir de la deuxième période avec un pointage de 4 à 0 pour les Sharks. Mike Hoffman a fait des présences à la gauche de Nick Suzuki et Tyler Toffoli, alors que Cole Caufield s’est retrouvé avec Adam Brooks et Brendan Gallagher.

Des bancs vides

Geoff Molson était heureux à l’ouverture de la saison face aux Rangers de New York de saluer le retour de 21 105 partisans au Centre Bell, une salle comble. Le propriétaire, qui est drôlement silencieux depuis les derniers mois, n’a pas repris la parole mardi. Il y avait beaucoup moins de fidèles dans les gradins pour ce deuxième match local de la saison. Oui, le CH n’a pas profité d’une grosse fenêtre pour vendre ses billets, mais ça demeure inquiétant. Avec l’affreux départ du club, cette présence en finale contre le Lightning de Tampa Bay semble bien lointaine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.