/news/currentevents

Tristesse et incompréhension à la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi

C'est la consternation et l'incompréhension à la Maison d'accueil pour sans-abri au lendemain de la mort tragique d'un itinérant dans l’arrondissement de Chicoutimi, à Saguenay.

La victime du meurtre de la rue Racine, Éric Gaudreault, 53 ans, était un homme connu et apprécié dans le secteur. Ce qui est particulièrement troublant, c'est que son présumé meurtrier s'appelle lui aussi Éric Gaudreault. Ce dernier est âgé de 43 ans.

Quelque 24 heures après le drame, la scène de crime s'est transformée en lieu de recueillement. Plusieurs personnes sont venues y déposer des fleurs, des chandelles et des peluches.

Monsieur Gaudreault aimait collectionner les toutous. Il se promenait dans les rues du centre-ville avec un bâton sur lequel plusieurs peluches étaient accrochées.

«Tout le monde le voyait dans la rue, tout le monde l'aimait. C'était un trésor ce gars-là», a affirmé Jean-François Boies, un ami de la victime, encore sous le choc.

«Je le croisais souvent dans la rue. C'était vraiment une personne souriante, aimable. Il ne méritait vraiment pas ce qui est arrivé», a ajouté un homme en situation d'itinérance, venu déposer des fleurs.

«Il avait un beau bâton avec un montage de toutous. Je lui en avais donné un et tous les jours, il me remerciait de lui avoir donné un toutou», a indiqué Frédéric Chayer, ému.

De l’aide

Même les commerçants du secteur l’appréciaient et ont voulu lui rendre hommage. Betty Gravel, de la Maison funéraire Gravel et fils, dont les bureaux sont situés tout près de la Maison d'accueil pour sans-abri, s'est rendue sur les lieux du drame mercredi matin afin d'y laisser un bouquet de fleurs et un lapin en peluche.

«Nous, on est au centre-ville. Donc on voit les gens... c'était un homme super gentil. Il avait tout le temps un poteau avec plein de toutous dessus. Je pense que tout ce qu'il possédait, c'était ses toutous», a-t-elle affirmé.

À la Maison d'accueil pour sans-abri, de l'aide psychologique est apportée aux usagers. Tous sont ébranlés par la perte d'un des leurs.

«On a pris en charge, on est en mode écoute. On est en mode réconfort. C'est un événement qui touche l'ensemble de notre communauté. On est tissés serrés», a indiqué le directeur général de la maison, Michel St-Gelais.

Une veillée aux chandelles est prévue mercredi soir. Des usagers et des intervenants de la Maison d'accueil pour sans-abri seront sur place en mémoire de la victime.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.