/regional/montreal/montreal

Le Face-à-Face Montréal 2021: échanges animés entre les candidats

Les trois principaux candidats à la mairie de Montréal se sont affrontés, jeudi soir, au Face-à-Face diffusé à LCN. 

• À lire aussi: Lignes «bleue» et «rose»: Holness fustige Plante

• À lire aussi: Armes à feu: débat houleux entre Coderre et Plante

Valérie Plante, mairesse sortante et cheffe de Projet Montréal, Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal et Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal ont échangé sur trois thèmes vitaux pour la métropole, soit la mobilité et environnement, l'habitation/qualité de vie et la sécurité ainsi que l'économie et lerayonnement de la métropole. 

Voici comment se sont déroulés les échanges.

Mobilité et environnement                              

«Pour une fois et pour toutes, nous allons enlever les cônes oranges», promet Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal. 

«C’est clair qu’il faut les enlever, mais j’espère qu’on va remplir le trou avant», répond Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal. 

«Nous on n'est pas anti-voiture, mais il faut s'assurer que quand on fait des pistes cyclables, on pense à la cohabitation avec les voitures», dit Denis Coderre au sujet des pistes cyclables. 

«Pour vous, une piste cyclable c’était de la peinture au sol», affirme Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal.

«M. Coderre ne nous dit rien à part qu’il est pour le projet du REM de l’Est», plaide Valérie Plante.

Le REM doit être fait en cohésion avec les pistes cyclables et les autobus», soutient Balarama Holness.

«Il faut que chaque rue ait des arbres», lance Denis Coderre.

«Vous avez coupé 1000 arbres au parc Jean-Drapeau», dit Valérie Plante à l’intention de Denis Coderre. 

«Vos politiques sont en train d’exacerber les problèmes environnementaux», accuse M. Holness en s'adressant aux deux autres partis.

«Montréal, c’est la capitale de l’or bleu», affirme Denis Coderre, rappelant que lors de son mandat, son parti a implanté 1000 bornes de recharge.

«Le transport collectif doit être électrique», croit Valérie Plante.

Habitation/Qualité de vie et sécurité                     

«Vous comparez souvent Montréal à des villes de banlieue. Les promoteurs veulent venir s'installer à Montéral parce que Montréal c'est Montréal», dit Valérie Plante à Denis Coderre.

«Les promoteurs se plaignent que la ville n'est pas disponible», rétorque Denis Coderre.

«Nous on est contre ça les flips», mentionne la cheffe de Projet Montréal.

«Vous pouvez parler des flips, mais là, on est face à des flops», réplique le chef d'Ensemble Montréal.

«Quand vous dites que la ville est sale, dangereuse, sur le bord du gouffre, c’est très problématique venant d’un aspirant maire», déplore Valérie Plante.

«Quand on dit que la ville est sale, on veut dire que l’administration est problématique», clarifie Balarama Holness.

«Vous en venez à déplorer le travail des cols bleus et des cols blancs», critique Valérie Plante.

«On dirait que le lien de confiance entre les policiers et l’administration actuelle est brisé», lance Denis Coderre au sujet de la violence par arme à feu à Montréal, ajoutant que «la ville n’est pas sécuritaire».

Valérie Plante lui rappelle qu'il a déjà voulu définancer la police. 

Caméras portatives pour les policiers: «vous savez que vous avez voté contre, pendant quatre ans vous avez eu la chance et vous avez voté contre», lance Balarama Holness à l'intention de Valérie Plante. 

Économie et rayonnement de la métropole              

«Vous le trouvez beau le centre-ville?», demande Denis Coderre à Valérie Plante, ajoutant que «développement économique et Projet Montréal ça ne va pas ensemble».

«Sous notre administration, c'est nous qui avons la meilleure relance économique, quoi qu’en dise Denis Coderre», se défend Valérie Plante.

«Vous avez zéro conscience de ce que c'est d'être un entrepreneur», lance Balarama Holness à Valérie Plante.

Grands projets pour Montréal : «on ne peut pas parler de grands projets quand on parle de couper la STM de 30%», dit Balarama Holness.

«On a perdu le contrôle des dépenses à Montréal», accuse Denis Coderre.

«On n'a pas perdu le contrôle des dépenses et du budget», se défend Valérie Plante. 

«Il n'y a pas de pénurie de main-d'oeuvre à Montréal. Au Québec, oui, mais pas à Montréal», soutient Balarama Holness.

Valérie Plante accuse Denis Coderre de se prononcer sur la vaccination obligatoire des employés municipaux sans penser aux ruptures de service. «On ne peut pas arriver comme un truck et dire qu’il faut vacciner tout le monde», lance-t-elle. 

«La métropole du Québec ne donne pas l’exemple», soutient quant à lui Denis Coderre.

Mot de la fin    

«Nous avons un choix entre le passé et l’avenir. L'avenir c'est une ville qui vous reflète. Une ville qui vous mène vers l'avant, des élus qui adressent les besoins réels des Montréalais et des Montréalaises. On a écouté ce soir Valérie Plante et Denis Coderre. Les chicanes ne vont pas arrêter avec ces deux personnes-là. Nous devons nous assurer que nous avons une ville résiliente, une ville inclusive et une ville juste.» - Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal.

--

«Ce soir, j’ai voulu transmettre un message d’espoir. Montréal a tout ce qu’il faut pour rebondir et prendre la place qui lui revient. Mais d’abord, on doit s’occuper de ce que les Montréalaises et les Montréalais veulent immédiatement. Les familles montréalaises veulent une ville sécuritaire avec des logements abordables et de bonne qualité. Les Montréalais veulent une ville plus propre et surtout une ville où ils sont capables de se déplacer. 

Notre équipe s’engage à mieux gérer les finances de la Ville, au moment où plusieurs s’inquiètent de l’inflation et de leurs finances personnelles. C’est votre ville. Une ville qui vous accompagne plutôt que de vous imposer ses choix. Une ville qui vous écoute plutôt que de vous imposer ses projets. Une ville qui dit retrouver son sens de la métropole, son rayonnement et sa fierté.» - Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal.

--

«Mon message il est très simple: notre administration a été là pendant les quatre dernières années, pendant la pandémie, on l’a traversée ensemble. On a fait des choix responsables, on a trouvé des solutions innovantes pour aider les plus vulnérables, pour ne laisser personne derrière. 

Pour moi, cette bienveillance-là, elle est importante. Pragmatique, bienveillance, un plan d’ensemble. 

Alors moi, ce que je souhaite c’est d’aller de l’avant pour un autre mandat, pour que la Ville de Montréal soit toujours plus verte pour avoir une relance verte et inclusive, une ville qui est plus sécuritaire, évidemment, et une ville dont on est fier d’avoir comme langue commune le français. 

Dans les prochains mois, on va s’occuper des enjeux qui vous tiennent à cœur. L’habitation, dont on a montré à quel point c’était sérieux. Toute la question de créer des milieux de vie. 

Parce que ce qui fait la force de Montréal, c’est nos quartiers, c’est notre population, c’est la qualité de vie. C’est ça qui attire les investisseurs, les étudiants, le travailler et ça, pour nous, c’est la clé d’avoir une métropole prospère, inclusive et verte.» - Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.