/news/municipales2021

Ensemble Montréal réclame davantage de transparence de ses adversaires

Joël Lemay / Agence QMI

À quelques heures du débat des chefs, le parti Ensemble Montréal réclame que Projet Montréal soit transparent sur ce qu’il est advenu du projet de la ligne rose et sur le budget que nécessitera sa promesse en habitation.

• À lire aussi: Face-à-Face Montréal 2021: les trois candidats croisent le fer ce soir sur LCN

• À lire aussi: Élections municipales: se donner les moyens de nos ambitions pour nos parcs à Montréal

• À lire aussi: Élections municipales à Montréal: le quart des candidats n’habitent pas l’arrondissement où ils se présentent

«C’est effrayant que [Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal] demande que la population lui fasse confiance pour un deuxième mandat alors qu’elle n’a aucune crédibilité sur ses promesses phares», s’est indigné Lionel Perez, candidat à la mairie de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce.

Il dénonce en particulier le fait que le projet de la ligne rose, promesse phare de Mme Plante lors de la campagne de 2017, ait récemment été écarté. En 2018, son administration avait néanmoins mis sur pied un bureau de projet pour que la proposition puisse prendre son envol.

«C’est certain qu’il n’y aura pas de couleur rose sur une carte de métro, et avec cette administration, c’est peu probable qu’il y ait encore du bleu», a ironisé M. Perez, dans une allusion au projet de prolongement de la ligne bleue.

Selon lui, le REM de l’Est ne règlera pas certains des problèmes que la ligne rose devait solutionner, notamment celui de l’engorgement de la ligne orange.

À ses côtés, Guillaume Lavoie, candidat à la mairie de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension pour Ensemble Montréal, réclame que Mme Plante chiffre ses promesses en habitation.

La mairesse sortante de la métropole s’est engagée à construire 60 000 logements abordables, une idée qu’elle considère comme étant sa promesse phare pour cette campagne.

«Le plan d’habitation présenté par Projet Montréal tient sur une vertu. Il n’y a aucun chiffre. Comment va-t-on le payer? On parle d’acquérir pour 800 millions $ de terrains. Lesquels? Et d’où vient l’argent?», a soulevé M. Lavoie.

Il craint également que l’acquisition d’un grand nombre de terrains par la Ville ne mène à une hausse «artificielle» des prix de l’immobilier dans la métropole.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.