/news/politics

Jean-François Roberge s’allie au ministre «anti-woke» d’Emmanuel Macron

Dans une lettre ouverte, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, se porte à la défense de la liberté d’expression en s'alliant à son homologue français Jean-Michel Blanquer, un «anti-woke» notoire du gouvernement Macron. 

• À lire aussi: Luttons contre la culture de l’intolérance et de l’effacement

«L’école pour la liberté, contre l’obscurantisme», s’intitule la missive dont plusieurs médias ont obtenu copie, mais dont le contenu a d’abord été mis en ligne par Le Figaro, jeudi après-midi. 

D’entrée de jeu, les deux ministres reviennent sur la «cérémonie de purification par la flamme», qui a récemment fait les manchettes, après que des livres jeunesses, dont des bandes dessinées de Tintin et de Lucky Luke aient été brûlés par un conseil scolaire de l’Ontario sous prétexte que ces œuvres véhiculaient des préjugés envers les Autochtones. 

L’histoire a finalement révélé que les Premières nations elles-mêmes, étaient contre ce genre d’autodafé. 

Un rempart contre l’ignorance   

Pour les ministres Roberge et Blanquer, c’est l’illustration des «dérives liées à la culture de l’annulation», que les Français nommeront plus souvent la «cancel culture». 

«Par ses excès et ses outrances, cette mouvance constitue un terreau fertile pour tous les extrêmes qui menacent la cohésion de nos sociétés», s’inquiètent-ils dans leur missive cosignée. 

«Ce phénomène frappe autant la France que le Québec», écrivent-ils. L’essentiel de leur message: «réfléchir au rôle de l’Éducation en démocratie » et miser sur l’école comme « rempart primordial contre l’ignorance et l’obscurantisme». 

Blanquer, le ministre «anti-woke»   

En France, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports de la France, Jean-Michel Blanquer est en guerre ouverte contre la culture de l’annulation. 

Il d’ailleurs lancé, la semaine dernière, le «Laboratoire de la République», un cercle de réflexion dont l’objectif est de lutter précisément contre le «wokisme», un phénomène dont il situe l’origine dans les campus américains. 

Dans une entrevue accordée au quotidien Le Monde en marge du lancement de son groupe de réflexion, le ministre Blanquer avance notamment que l’idéologie «woke» a «pu amener, par réaction, Donald Trump au pouvoir». «La Franc et sa jeunesse doivent échapper à ça», signale M. Blanquer. 

Dans la lettre qu’il a rédigé avec son homologue québécois, on associe la culture de l’annulation à «une idéologie et des méthodes directement importées de certains campus universitaires américains [...] qui sont à mille lieues des valeurs de respect et de tolérance sur lesquelles se fondent nos démocraties». 

Le débat qui sévit en France n’est pas sans rappeler la controverse qui a récemment fait les manchettes au Québec, lorsque le premier ministre François Legault a traité de «woke», le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. 

Dans son discours inaugural, mardi dernier, M. Legault a par ailleurs misé sur l’importance de la «cohésion nationale», qui «doit être cultivée dès l'enfance». Il s’est engagé, du même souffle, à remplacer le cours d'éthique et culture religieuse par un cours axé sur la culture et la citoyenneté québécoise, une mission à laquelle le ministre Roberge doit donner suite dans les prochains jours. 

«Woke», qu’est-ce que ça veut dire?      

Définition

Mouvement qui prône une sensibilisation accrue à la justice sociale ainsi qu'un engagement actif dans la lutte contre la discrimination et les inégalités.   

Notes

Le mouvement Woke s'intéresse aux inégalités et aux préjugés qui peuvent découler du racisme, du sexisme et de l'homophobie, notamment. 

Les personnes qui adhèrent aux principes du mouvement Woke sont généralement très actives dans les médias sociaux, où s'exprime une part importante de leur militantisme. 

Source: Office québécois de la langue française, 2021

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.