/regional/troisrivieres/mauricie

La Société de transport de Trois-Rivières acquiert des autobus urbains usagés

D'ici à ce qu'elle puisse recevoir ses autobus entièrement électriques, qui tardent à être livrés, la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) n'a d'autre choix que de se tourner vers des véhicules d'occasion pour renouveler sa flotte vieillissante.

• À lire aussi: Trois-Rivières recevra ses premiers bus électriques sous peu

• À lire aussi: Transports à Trois-Rivières: une nouvelle ligne sera mise en fonction

• À lire aussi: Élections municipales à Trois-Rivières: des organismes demandent des engagements clairs

D'ici à ce qu'elle puisse recevoir ses autobus entièrement électriques, qui tardent à être livrés, la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) n'a d'autre choix que de se tourner vers des véhicules d'occasion pour renouveler sa flotte vieillissante.

Ainsi, elle vient d'acquérir du Réseau de transport de la Capitale cinq autobus diesel, entrés en service il y a 14 ans, au coût de 3000 $ chacun. Ils ont au compteur environ 800 000 kilomètres.

«Cinq autobus de 2007 pour remplacer nos autobus de 1999. Voyez, pour nous, c'est une aubaine. Ça valait la peine effectivement et ça rajeunit notre flotte. Ça nous assure d'avoir une profondeur dans notre fonctionnement», a expliqué le président de la STTR, Michel Byette.

En fait, les sociétés de transport qui veulent acquérir des véhicules neufs doivent obligatoirement acheter des véhicules entièrement électriques. D’ailleurs, la STTR en a commandé deux, mais ceux-ci ne lui seront livrés qu'en 2023, dans le meilleur des cas. La STTR doit donc composer avec l'acquisition d'autobus usagés.

Il lui est interdit d'acheter des véhicules neufs fonctionnant exclusivement au diesel ou même des véhicules neufs hybrides à moins d'avoir obtenu une autorisation, ce qui n'est pas le cas.

Le ministère des Transports tarde actuellement à accorder le contrat de fabrication de véhicules électriques même si l'appel d'offres est complété depuis quelques mois.

Mobilité électrique Canada croit que le retard pourrait être attribuable à des négociations entre Québec et Ottawa pour le partage du généreux programme fédéral d'aide à l'acquisition de véhicules électriques.

«J'imagine que c'est ça qui repousse un peu les délais parce que c'est évident que lorsqu'on est un gouvernement on veut faire en sorte de profiter de ces montants-là», avance Daniel Breton de Mobilité électrique Canada.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.