/news/municipales2021

Le Face-à-Face Montréal 2021: Un débat musclé et indiscipliné

Les trois principaux candidats à la mairie de Montréal ont multiplié les attaques et les échanges musclés, souvent cacophoniques, lors de leur premier débat télévisé diffusé jeudi soir à LCN.

• À lire aussi: Le Face-à-Face Montréal 2021: échanges animés entre les candidats

• À lire aussi: Armes à feu: débat houleux entre Coderre et Plante

• À lire aussi: Lignes «bleue» et «rose»: Holness fustige Plante

Les électeurs montréalais appelés aux urnes les 6 et 7 novembre prochain ne peuvent pas dire qu’ils se sont ennuyés en regardant les prétendants à la mairie débattre des principaux enjeux touchant la métropole au Face-à-Face Montréal 2021.

Valérie Plante, Denis Coderre et Balarama Holness se sont d’abord lancé quelques attaques directes sur les enjeux de la mobilité et du climat.

Mais c’est environ à mi-chemin du débat qui a duré une heure et quinze minutes que les échanges se sont corsés, au moment où les candidats ont été appelés à exprimer leurs positions sur le logement et la sécurité.

La cacophonie a souvent pris le dessus, forçant le modérateur, Pierre Bruneau, à intervenir à plusieurs reprises.

« Vous êtes moins disciplinés que les chefs provinciaux et fédéraux » a réprimandé l’animateur.

Duels Plante et Coderre  

La mairesse sortante, Valérie Plante de Projet Montréal, et l’ex-maire Denis Coderre, d’Ensemble Montréal, ont réservé des duels enlevants sur leurs positions.

Sur le thème de l’habitation, M. Coderre a attaqué le règlement 20-20-20, principe phare de Mme Plante, qui prévoit que tous les projets immobiliers d’envergure comprennent dorénavant 20 % de logements abordables, 20 % de logements sociaux et 20 % de logements familiaux. 

Le chef d’Ensemble Montréal a sous-entendu que celui-ci faisait fuir les promoteurs immobiliers, car ils se « plaignent que la Ville n’est pas disponible ».

« On travaille avec les promoteurs, s’est défendue Mme Plante. On ne donne pas les clés de la Ville aux promoteurs. »

En pleine flambée de fusillades, la question de la sécurité a également soulevé les passions alors que les deux candidats se sont mutuellement accusés de souhaiter une réduction du financement du Service de police de la Ville de Montréal.

« Les gens ont peur de sortir le soir », a avancé M. Coderre, qui fait de la sécurité son cheval de bataille depuis le début de la campagne.

« À ce jour, il n’y a toujours pas de plan que vous avez mis sur la table [en matière de sécurité] », a rétorqué Mme Plante.

Une première pour Holness  

Balarama Holness, le chef du nouveau parti Mouvement Montréal, a eu l’occasion de faire connaître son parti. 

Le candidat a récemment fait parler de lui pour sa position controversée sur le caractère francophone de Montréal, dont le statut devrait plutôt être bilingue selon lui.

À plusieurs reprises, il a toutefois été attaqué sur sa connaissance des dossiers par les candidats Plante et Coderre. 

Dès l’ouverture du débat, il a promis qu’il « enlèverait les cônes orange », mais n’a pas offert de réponse claire lorsqu’on lui a demandé ce qu’il ferait concrètement en matière de gestion des chantiers de construction.

Rigueur svp  

« Un peu de rigueur SVP ! », lui a plus tard lancé Mme Plante, pour affirmer que construire une usine de recyclage « ne prenait pas deux ans », comme l’avait sous-entendu M. Holness.

M. Holness a toutefois lancé quelques attaques efficaces sur les enjeux de logement, entre autres envers Mme Plante sur une « porte de sortie » qui permet aux promoteurs de payer un montant à la Ville au lieu de construire des logements sociaux.

À la toute fin du débat, Coderre et Plante y sont allés d’un tir groupé contre la proposition de Holness de faire de Montréal une ville bilingue. 

Le chef de Mouvement Montréal s’est fait accuser de vouloir diviser les citoyens.

– Avec Félix Lacerte-Gauthier, Agence QMI

« Les Montréalais ne peuvent pas se faire avoir une deuxième fois. Vous [Plante] avez parlé de la ligne rose. On sait tous que c’est une hyperbole. Ça n’arrivera pas. »

– Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal

« Quand vous [Plante] riez, vous êtes nerveuse. Arrêtez de rire, c’est trop important l’habitation. [...] Votre problème, c’est que vous Pouvez parler de flips, mais on a à faire face à des flops. » 

– Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal

« Quand c’était à votre époque [Coderre], pour vous, une piste cyclable c’était essentiellement de la peinture au sol. [...] Une piste cyclable, ça doit être sécuritaire. Quand c’est séparé de la voie, les automobilistes peuvent mieux voir ce qui se passe. »

– Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.