/sports/homepage

Lions de Trois-Rivières: le plus gros défi du «coach»

Éric Bélanger doit garder motivés ceux qui auraient voulu jouer à un autre niveau

Une équipe de la ECHL, c’est un mélange de vétérans qui ont roulé leur bosse, de jeunes fraîchement sortis des rangs juniors qui se réjouissent d’être chez les pros, d’espoirs qui aspirent à grimper les échelons jusqu’au niveau ultime: la Ligue nationale de hockey. 

Le match inaugural des Lions sera diffusé sur la chaîne TVA Sports, jeudi, dès 19h.

• À lire aussi: Lions de Trois-Rivières: miser sur le sentiment d’appartenance

• À lire aussi: Kevin Poulin pose finalement ses valises à la maison

Et ces derniers constituent le « plus gros défi » d’Éric Bélanger à l’amorce de cette première saison des Lions de Trois-Rivières. 

L’entraîneur-chef a cité en exemple le cas de l’attaquant Cam Hillis, fraîchement rétrogradé du Rocket de Laval, qui a pris part à son premier entraînement avec les Lions hier matin. 

«Lui, il veut jouer pour le Canadien, il ne veut pas jouer pour les Lions. Ça, c’est notre réalité, a reconnu Bélanger. Je l’ai rencontré, je lui ai dit que j’étais là pour l’aider. Mais je lui ai aussi dit : soit tu te retrousses les manches, soit tu fais la baboune. Il a trouvé ça dur d’être rétrogradé, et c’est normal. Sauf qu’il a la bonne attitude.»

La chance de remonter  

«Les gars le savent. Dans les meetings individuels, les meetings d’équipe, je leur ai dit : on est là pour vous aider. Si on a du succès, si vous avez la bonne attitude, vous vous donnez la chance de remonter, a ajouté l’entraîneur-chef. 

«Mais quand Jean-François Houle ou Scott Mellanby vont m’appeler, je dois avoir des choses positives à leur dire. »

Bélanger explique d’ailleurs que le lien entre le Canadien et les Lions ne se limite pas au logo du CH cousu sur les culottes de ses joueurs. 

Il est même « agréablement surpris » de la proximité entre les deux organisations. 

Beaucoup de discussions  

Le directeur général des Lions, Marc-André Bergeron, et Scott Mellanby, l’adjoint à Marc Bergevin, pouvaient se parler de cinq à huit fois par jour, dit-il. 

« Il y a beaucoup de signatures que Marc-André a faites avec Scott, a ajouté Bélanger. C’est comme un prolongement. Ils disent qu’il y a peut-être des joueurs qu’ils n’ont pas assez vus. » 

Plusieurs membres du Canadien et du Rocket devraient d’ailleurs faire le déplacement à Trois-Rivières pour le premier match des Lions. 

  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.