/news/world

Comment fonctionne une arme au cinéma?

Au lendemain de l’accident tragique survenu lors du tournage d’un film de western durant lequel Alec Baldwin a accidentellement tué une femme, les questions se posent sur la manière dont ces armes sont utilisées.

• À lire aussi: Comment un tel «accident» a-t-il pu se produire?

• À lire aussi: Alec Baldwin brise le silence après l'accident tragique sur un plateau de tournage

• À lire aussi: Alec Baldwin tue une femme durant un tournage

«C’est une annonce terrible, on est tous choqués, à notre atelier, nos armuriers, on n’arrête pas d’en reparler», a raconté Frédéric Cauvy, armurier spécialisé dans le cinéma, en ondes sur LCN.

Armes modifiées 

Les armes utilisées sur les tournages de cinéma n’ont aucune vocation à être efficaces, elles doivent produire l’impression qu’elles sont réelles, mais sont en réalité démilitarisées.

«On utilise de vraies armes qu’on modifie définitivement pour le tir exclusif de munitions à blanc. On ne peut pas mettre d’autres munitions que ces munitions-là. Si toutefois par mégarde une vraie cartouche devait se trouver sur un plateau de tournage et être insérée dans une arme, le tir ne pourrait pas s’effectuer. Il y aurait une détonation, mais le projectile ne sortirait pas du canon», a expliqué l’expert.

Imitation 

Si les protocoles d’utilisation d’armes sur les tournages encadrent la démilitarisation des armes, il doit également empêcher des munitions réelles d’être utilisées. Ce double niveau de vérification est censé empêcher toute forme d’accident.

«Les munitions qu’on utilise n’ont pas de balle, il n’y a que de la poudre. Donc quand on tire l’inflammation de la poudre produit une détonation et de la flamme, qui simule un coup de feu. Mais à part ça il n’y a pas de bale qui en sort», a-t-il poursuivi.

Hypothèses 

On ne connait toujours pas les raisons de cet accident rarissime, et toute forme de cause est pour le moment hypothétique. Dans le cas où les contrôles auraient été effectués correctement, un accident n’est pas inévitable.

«Il peut s’agir d’une cartouche à blanc propulsée, et il nous arrive lorsqu’on fait une séquence d’action, que le comédien juste avant les coups de feu pose le canon de son arme au sol et qu’il y ait de la terre ou un caillou qui s’insère et qui pourrait faire projectile», a-t-il conclu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.