/news/society

Ces nouvelles qui font jaser chez vous

Plusieurs nouvelles ont retenu l’attention de nos équipes de journalistes à travers la province. Voici en quelques secondes ces nouvelles qui font jaser chez vous.

À Les Hauteurs, la chasse à l'orignal à la carabine tire à sa fin. Les chasseurs sortent des bois. Et jusqu'à maintenant, pour la zec du Bas-Saint-Laurent, en comptant la chasse à l'arc, 266 bêtes ont été récoltées. 

• À lire aussi: Mairie de Saguenay: 20 000 $ pour corriger des bulletins de vote

• À lire aussi: Bas-Saint-Laurent: la saison de la chasse à l’original tire à sa fin

• À lire aussi: Un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale célèbre ses 100 ans

«J'ai une amie qui chasse avec moi, et c'est le premier orignal qu'elle tue», mentionne André Truchonm chasseur de Sayabec.

La direction de la zec s'attend à une légère baisse des récoltes cette année en raison de la pluie et du vent durant la chasse, mais également d'une possible diminution de la densité de la population d'orignaux.

Des entreprises s'impatientent de voir appliquée une entente entre Québec et Ottawa permettant de rehausser le nombre maximal de travailleurs étrangers permis au sein d'une même entreprise. Les règles fédérales fixent actuellement ce plafond à 10%. Il devra atteindre 20%. Pour une entreprise comme Clean International, ça voudrait dire 80 travailleurs étrangers additionnels sur son bassin de 800 employés. L'entreprise compte plus de 200 postes vacants actuellement. 

«Beaucoup d'impatience au niveau des gestionnaires, mais aussi des employés sur le plancher. Ils veulent de l'aide, ils veulent des collègues pour les aider à faire le travail. Puis, ça n'a pas de fin. Ça fait deux ans qu'on parle de 20%, mais il n’y a rien qui avance», explique Marie-Ève Labrie, directrice adjointe de Clean International.

À Trois-Rivières, il est sans doute le doyen des vétérans de la Seconde Guerre mondiale, quoi que le ministère des Anciens Combattants n'a pu le confirmer. Mais le caporal Paul-Emile Beaumier, qui a servi dans les Fusiliers Mont-Royal, touche les 100 ans. Et de lui, on peut dire qui ni l'âge ni les épreuves de la vie ni les armées allemandes n'ont pu avoir raison. Il a fait non pas un, mais deux débarquements, celui de Dieppe en 1942 et celui du jour J. Et sa recette au combat était de faire le vide, de rester concentré sur sa mission et d'avancer. 

«Avance pour ce que tu veux faire... parce si tu te mets des méchantes pensées dans la tête, t'avances pas», raconte Paul-Émile Beaumier.

À Saguenay, 16 personnes mettaient la main à la pâte pour rayer le nom de l'ex-candidat à la mairie de Saguenay, Dominic Gagnon. Il s'est désisté lundi passé. Hier, les employés avaient déjà modifié 35 000 bulletins de vote. 

«Faire réimprimer 285 000 bulletins de vote, ça aurait coûté plusieurs, plusieurs dizaines de milliers de dollars. Là, on parle de quelques milliers de dollars. Donc, c'était quand même beaucoup moins dispendieux de procéder ainsi, d'autant qu'on avait une réserve relativement importante d'employés électoraux temporaires», mentionne Jeannot Allard, porte-parole à la ville de Saguenay.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.