/news/municipales2021

Des chefs satisfaits de leur débat

Joël Lemay / Agence QMI

Au lendemain du débat des chefs sur les ondes de LCN, les candidats à la mairie de Montréal se sont montrés satisfaits de leur performance. 

• À lire aussi: Le Face-à-Face Montréal 2021: échanges animés entre les candidats

• À lire aussi: Le Face-à-Face Montréal 2021: Un débat musclé et indiscipliné

• À lire aussi: Coderre promet 240 millions $ pour des projets de centre sportif

«Je suis resté calme. S’ils pensent qu’ils vont me faire pomper et que leur stratégie est de me faire sortir de mes gonds; désolé, on passe à un autre appel», a souligné Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal, en marge d’un point de presse dans Ahuntsic vendredi matin.

Il a toutefois reconnu que le ton était «un peu cacophonique» et que les trois chefs auraient pu être davantage dans le dialogue, mais que c’est dans la «nature de la bête politique».

«Il y a des visions totalement différentes, mais des fois, j’ai l’impression que Projet Montréal se comporte comme s’ils étaient dans l’opposition. Ils ont 250 engagements. Est-ce parce qu’ils n’ont rien fait pendant quatre ans?», a-t-il lancé, dans une pointe envers la mairesse sortante.

Joint au téléphone vendredi, Balarama Holness, fondateur de Mouvement Montréal, estime pour sa part que le débat a été un succès, mais il croit que le format «n’était pas le meilleur pour articuler nos politiques».

«Les gens dans mon entourage et les Montréalais qui étaient indécis m’ont donné des commentaires très positifs. Ça ne veut pas dire qu’ils vont voter pour moi, mais ils ont vu que nous sommes une troisième voie crédible dans cette course», a-t-il révélé.

Il espère que sa voix aura pu porter auprès des électeurs qui n’avaient pas encore entendu parler de lui, alors qu’il ne jouit pas de la même notoriété que les deux précédents occupants de la mairie.

«[Valérie Plante] veut mentir pour se faire réélire à la mairie. Elle doit mentir sur son bilan pour avoir une chance, parce que si elle s’accote dessus, il n’y a pas grand-chose», a également attaqué M. Holness. Il déplore en particulier le nombre insuffisant de logements sociaux bâtis dans les quatre dernières années, ainsi que l’abandon du projet de la ligne rose.

Dans un événement partisan vendredi, Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal, a admis qu’elle était «surprise» de l’agressivité à son endroit et que «les couteaux volaient bas».

«Nous à Projet Montréal, l’agressivité et la négativité, on n’en a pas besoin», a-t-elle déclaré, en clamant que sa campagne dérangeait ses adversaires. Mme Plante ne s’est toutefois pas adressée aux médias.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.