/news/culture

Michel Jean à la Foire du livre de Francfort

Notre chef d’antenne Michel Jean se trouve présentement à la Foire du livre de Francfort, le plus gros événement littéraire au monde. «On réalise que les Allemands, c’est un peuple de grands lecteurs parce qu’ils viennent assister à des conférences. Ils restent là pendant une heure à nous écouter, je suis assez impressionné», souligne-t-il.

• À lire aussi: Une participation exceptionnelle à l'événement Le 12 août, j'achète un livre québécois en 2021

• À lire aussi: 13 coups de coeur de la salle des nouvelles de TVA

Cette année, le Canada est à l’honneur, donc il y a plusieurs activités où on invite les auteurs canadiens, dont M. Jean, Dany Laferrière et Margaret Atwood. 

«Il y avait la gouverneure générale Mary Simon qui était ici», raconte M. Jean. «Elle a fait un discours et quand elle a fini, les gens se sont levés spontanément pour l’applaudir. C’était très émouvant. Elle a parlé en inuktitut, elle a dit que les droits des autochtones avaient depuis trop longtemps été mis de côté, et je dois dire qu’ici en Europe, notamment en Allemagne, ça résonne beaucoup. Les gens posent beaucoup de questions sur ces sujets-là.»

Ce qui a aussi épaté l'auteur, c'est que les gens ont commencé à lire son livre, Kukum.

«Les gens viennent me voir, ont lu mon livre, posent des questions, et demandent à ce que je signe le livre», dit-il. «Je prends juste ça comme une expérience intéressante.»

Il y a même eu une lecture en allemand de son livre. 

«Une comédienne lisait Kukum, et je ne comprenais pas grand-chose, mais parfois j’entendais des mots connus comme Péribonka», dit-il. 

Comment son arrière-grand-mère, Almanda Siméon, qui a inspiré son livre, réagirait-elle, selon lui?

«Que son histoire résonne autant ici, elle n’en reviendrait simplement pas», répond M. Jean. «Je ne peux m’empêcher de trouver ça beau. C’est un retour des choses. C’est la grande puissance et la beauté de la littérature.»

Des opportunités de réseautage 

Outre les activités littérairea, il y a plusieurs opportunités de réseautage pour les auteurs et les maisons d’édition parce que c'est l'industrie du livre au complet qui est réunie. 

«C’est vraiment un événement culturel, mais un événement commercial et d’affaires aussi», explique M. Jean. 

«Quand on écrit des livres, on est rarement impliqués dans ce genre de choses là, donc moi j’écoute. Ça nous rappelle qu’il y a beaucoup d’argent qui passe par le monde du livre et pour le Canada, c’est aussi une opportunité.»

Le journaliste souligne que les gens s’intéressent à ce que les Canadiens écrivent et vivent.

«C’est rassurant, on a l’impression qu’on n’écrit pas ou qu’on ne parle pas dans le vide.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.