/sports/homepage

Territoire non cédé: les Mohawks répliquent

Ben Pelosse / JdeM

Le Conseil mohawk de Kahnawake a salué jeudi l’initiative des Canadiens de Montréal de souligner avant chaque partie disputée dans la métropole qu’elle l’est sur un territoire autochtone non cédé. Or, il s’est dit dégouté par l’attitude du gouvernement. 

• À lire aussi: Marc Bergevin parle de son avenir à Montréal

• À lire aussi: Reconnaissance territoriale : une «erreur» du CH, selon Ian Lafrenière

Le Conseil s’est dit choqué par «la tentative de Québec de politiser une véritable action réconciliatrice d’une organisation sportive».

Les actions du gouvernement minent la présence des Premières Nations sur le territoire traditionnel qu’est Montréal, «un élément essentiel de qui nous sommes», a précisé le Conseil mohawk.

Mercredi, le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a déclaré que les Canadiens de Montréal commettaient une «erreur» avec la diffusion d’un message de reconnaissance du territoire mohawk non cédé avant le début de leurs matchs.

«Spécifiquement pour Montréal, on ne s’entend pas au niveau historique sur qui était là en premier, c’est là que c’est compliqué», a-t-il souligné en mêlée de presse à l’Assemblée nationale, mercredi.

La communauté autochtone a qualifié d’enfantin le comportement du gouvernement et a exigé la fin de cette stratégie pour entreprendre sérieusement les efforts de réconciliation.

«Le MCK croit au travail en collaboration avec les gouvernements externes pour garantir que les intérêts de chaque partie respective sont représentés de manière responsable», a souligné le Conseil mohawk.

Ce dernier a rappelé qu’une véritable réconciliation ne peut se produire que lorsque les deux parties sont prêtes à créer un dialogue ouvert en vue de nouer des relations authentiques.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.