/news/techno

Un nouveau lanceur d’alerte accuse aussi Facebook de tous les maux

Un nouveau lanceur d’alerte accuse Facebook de faire passer les profits avant la modération des contenus problématiques, d’après le Washington Post, alors que le géant des réseaux sociaux peine à s’extirper du scandale causé par les révélations de son ancienne ingénieure Frances Haugen.

• À lire aussi: Le futur réseau social de Donald Trump flambe à Wall Street

• À lire aussi: Facebook en voie de changer de nom et d'image de marque

• À lire aussi: Donald Trump annonce le lancement de son réseau social

Selon un article du quotidien américain paru vendredi, ce deuxième lanceur d’alerte est aussi un ancien membre de l’équipe de Facebook chargée de l’intégrité civique de la plateforme qui a fait une déposition auprès de la SEC, l’autorité boursière.

Dans ce document, l’ex-employé du groupe relate notamment des propos tenus en 2017, quand l’entreprise décidait de la meilleure façon de gérer la polémique liée à l’interférence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016 via sa plateforme.

«Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien», aurait alors déclaré Tucker Bounds, un membre de l’équipe de communication de Facebook.

Le deuxième lanceur d’alerte a signé sa déposition le 13 octobre, une semaine après le témoignage retentissant de Frances Haugen devant le Congrès américain.

Cette ancienne informaticienne de Facebook, qualifiée d’«héroïne» par un sénateur démocrate, a répété que les dirigeants du groupe californien, Mark Zuckerberg en tête, «financent leurs profits avec notre sûreté».

Elle avait auparavant fait divulguer au Wall Street Journal des documents internes qui jettent une lumière nouvelle sur des dérives connues des réseaux sociaux, comme les problèmes psychologiques des adolescentes surexposées aux vies et corps apparemment «parfaits» des influenceuses sur Instagram.

D’après le Washington Post, la déposition auprès de la SEC de cette nouvelle personne assure que les cadres de Facebook sapaient régulièrement les efforts de lutte contre la désinformation, les discours haineux et autres contenus problématiques par peur de mettre en colère l’ancien président américain Donald Trump et ses alliés politiques et pour ne pas risquer de perdre l’attention des utilisateurs, essentielle à ses volumineux profits.

Sollicitée par l’AFP, Erin McPike, une porte-parole de Facebook, a déclaré que cet article était «inférieur aux standards du Washington Post, qui pendant les cinq dernières années n’a écrit qu’après avoir enquêté sur le fond et trouvé des sources multiples.»

La firme californienne enchaîne les polémiques depuis des années, de sa modération des contenus, notamment en temps d’élection, à sa stratégie économique, perçue comme enfreignant les règles de la concurrence par de nombreux gouvernements.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.