/news/society

Association des cadres des CPE: la création de nouvelles places doit se faire en CPE

CPE du carrefour

Photo d'archives, Chantal Poirier

L'Association des cadres des CPE (ACCPE) se positionne par rapport au projet de loi déposé cette semaine par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, en disant que la création de nouvelles places doit prioritairement se faire dans le réseau des CPE.

• À lire aussi: CPE: Québec bonifie à nouveau le salaire des éducatrices en CPE

• À lire aussi: Semaine de cinq jours en CPE: «c’est le besoin des parents»

• À lire aussi: Une place en service de garde éducatif pour chaque enfant d’ici mars 2025

Selon l’ACCPE, le nouveau processus d'appel de projets plus simple doit accorder une priorité absolue au réseau des CPE où la qualité est au rendez-vous.

De plus, la majoration du crédit d'impôt pour frais de garde d'enfants doit être temporaire afin de donner le temps aux garderies privées non subventionnées de se convertir en CPE.

Enfin, toutes les personnes qui opèrent un service de garde éducatif en milieu familial doivent être reconnues, soutenues et contrôlées par un bureau coordonnateur.

Offre insuffisante

Par rapport aux conditions de travail, l’ACCPE trouve que l’offre déposée est intéressante, mais insuffisante. Elle réclame un rattrapage historique qui tiendra compte de l'inflation et qui permettra de réfléchir à l'équité salariale entre les différents postes en CPE dans les bureaux coordonnateurs, notamment les postes de directrices adjointes.

«Nous croyons qu'après 25 ans d'existence, il était important de compléter et de moderniser le réseau des services de garde éducatifs à l'enfance afin qu'enfin chaque enfant puisse avoir une place», a commenté samedi Élyse Lebeau, directrice générale, dans un communiqué.

L'ACCPE se porte volontaire pour participer activement aux comités paritaires annoncés par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel. L'organisation du travail en CPE touche directement les responsabilités des cadres, dont l'association est la représentante et la voix.

Rappelons que la ministre LeBel a annoncé vendredi une proposition visant à hausser la rémunération de 20,22 % dans les contrats de travail des éducatrices en CPE, qui s'ajouterait à l'augmentation immédiate de 17 % accordée le 14 octobre dernier. Des augmentations salariales ont aussi été proposées au personnel évoluant autour des éducatrices en CPE.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) a indiqué qu’elle va y aller dimanche d’une contre-proposition.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.