/news/coronavirus

Les Forces armées canadiennes apporteront leur aide à la Saskatchewan

Courtoisie / Marc-André Leclerc

Des militaires des Forces armées canadiennes iront prêter main-forte à la Saskatchewan, qui manque de lits en cette difficile quatrième vague de la COVID-19 sur son territoire.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

• À lire aussi: Kris Letang sur la liste COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: l’Ontario joue au yoyo, le Québec demeure sur un plateau

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé le déploiement des troupes, vendredi, sur Twitter.

«Pendant que nous finissons notre combat contre la COVID-19, nous nous assurons que les gens de partout au pays ont le soutien nécessaire pour rester en sécurité. Nous sommes là pour vous», a-t-il écrit.

Actuellement, les hôpitaux de la Saskatchewan sont remplis de patients atteints de la COVID-19 et la province doit effectuer des transferts vers l’Ontario.

En date de vendredi, 302 nouveaux cas de COVID-19 avaient été confirmés en Saskatchewan, dont 72 se trouvant dans la capitale de Saskatoon. Au total, 348 patients sont hospitalisés, dont 80 aux soins intensifs.

Vendredi soir, le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a également annoncé sur Twitter qu’il était en pourparlers avec le gouvernement de la Saskatchewan pour fournir de l’aide additionnelle par le biais de la Croix-Rouge canadienne et d'autres ressources de santé.

Moe admet qu'il aurait pu agir plus vite

En conférence de presse, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a reconnu cette semaine avoir une part de responsabilité dans le dépassement de la capacité du réseau de la santé de sa province, causé par sa gestion de la quatrième vague.

La Saskatchewan avait laissé tomber la majorité de ses mesures sanitaires durant l’été, comme d’autres provinces de l’ouest. Résultat: elles affichent toutes, cet automne, les pires taux de contagion au pays, mettant à rude épreuve leur système de santé.

«Est-ce que nous aurions pu agir différemment? Nous aurions pu agir une semaine plus tôt avec l’obligation du port du masque. Nous aurions pu agir plus rapidement avec la preuve de vaccination», a admis M. Moe.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.